Publicité
Publicité
epinglé

Il y a de la friture sur la fréquence de radio KIF, la station du hip-hop

Drôle d’action que celle soumise mardi matin à la sagacité des juges du tribunal de l’entreprise francophone de Bruxelles. Pour comprendre de quoi il s’agit, il faut remonter en 2006, date du lancement de radio KIF, une chaîne créée par Mohamed Ouahabi et entièrement dédiée au hip-hop. Cette station, connue des amateurs du genre, a vécu plus ou moins dix ans. Aujourd’hui, elle se trouve au cœur d’une bagarre judiciaire portant sur sa marque et son logo. Reste à savoir si l’essentiel des débats ne porte pas sur la fréquence de la chaîne alors que les candidats intéressés par une fréquence doivent déposer leur dossier auprès de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour le 16 mars prochain. D’un côté de la barre, on a l’ASBL Dune urbaine (en liquidation), représentée par l’avocat Alexis Ewbank. Cette ASBL, créée en 2005 pour assurer la promotion et l’exploitation de cette chaîne de radio, cherche à récupérer les droits sur la marque et sur le logo de la radio. De l’autre côté, Mohamed Ouahabi, le fondateur de la station dédiée au Hip-hop, défendu pare Yves Houbion, estime que les droits liés au nom et au logo lui appartiennent, raison pour laquelle il a fait protéger l’ensemble via un dépôt auprès de l’Office des marques en 2012. Aujourd’hui, l’ASBL estime que ces droits lui reviennent, expliquant que le fondateur de la radio a effectué un dépôt de mauvaise foi. Pour que tel soit le cas, a estimé son conseil, encore fallait-il que l’ASBL ait effectué un dépôt antérieur, ce qui n’a pas été le cas. De son côté, Alexis Ewbank a estimé, arrêt de cassation à l’appui, que ce raisonnement ne tenait pas la route.