Imbroglio dans l’économie collaborative

Les coursiers qui travaillent pour des services comme Uber Eats ou Deliveroo bénéficiaient jusqu’ici d’une exonération d’impôts. Il faudra maintenant que leur plateforme soit reconnue par l’État.