chronique entreprises

L'entrepreneuriat fleurit au printemps

Même si nous ne sommes plus trop sûrs du temps qu’il fait ou va faire, nous savons que le printemps approche. Et il amène son lot de belles initiatives qui redonnent un nouvel élan à notre économie. Cette semaine j’ai eu le plaisir de co-organiser avec le service pour les entrepreneurs bruxellois 1819 et WomeninBusiness un événement qui a rassemblé près d’une centaine d’entrepreneurs, dont 90% étaient des femmes. Pour la deuxième année consécutive, Invest4She a eu pour but de sensibiliser porteurs et porteuses de projet aux différentes solutions de financement qui existent pour lancer leur projet. Prêt, micro-crédit, business angels, fonds d’investissement… le mantra de la semaine pour l’entrepreneuriat au féminin est "Shegoesforit". Une semaine de bons plans pour éliminer tous les obstacles à l’information et se lancer en tant que femme entrepreneur. La veille, j’avais eu l’occasion de participer à une réunion d’information à l’ambassade de Bahreïn sur son rôle d’organisateur cette année du Congrès mondial de l’entrepreneuriat (Global Entrepreneurship Congress — GEC). Ce sera la dixième édition de cet événement qui rassemblera cette année près de 5.000 participants de 165 pays du 15 au 18 avril. Imaginé par la fondation Kauffman en 2009 et démarré en petit comité à Kansas City, cet événement est devenu en quelques années LE congrès à ne pas rater lorsque l’on est actif dans l’écosystème entrepreneurial. J’ai eu la chance de participer aux trois dernières éditions à Medellín, Johannesburg et Istanbul dans le cadre du Global Business Angels Network. Le GEC a pour vocation de rassembler en un même lieu une fois par an toutes les parties prenantes de l’écosystème entrepreneurial: académiques participant aux recherches sur l’impact de l’entrepreneuriat, décideurs politiques qui développent les initiatives soutenant les entrepreneurs, business angels qui sont les principaux moteurs du financement de l’innovation dans ses premières phases, représentants d’agence de développement économique, accélérateurs, incubateurs, … et bien entendu start-uppers venus du monde entier en délégations pour participer à des "Start-up Paddles" et autres compétitions visant à mettre en lumière l’innovation sous toutes sortes de formes et sans frontières. C’est l’agence Tamkeen (dont le nom veut dire "faciliter" ou "dynamiser") qui organise le GEC à Bahreïn cette année. Son ambition: présenter le royaume comme une destination mondiale pour start-ups en tant que hub pour l’accès aux marchés régionaux, mais aussi apprendre à travers la plateforme du GEC des écosystèmes mondiaux pour s’inspirer des diverses façons de stimuler le développement économique par l’implication du secteur privé. Comprendre comment mobiliser du capital via les business angels pour les sociétés créées est l’une de leurs priorités cette année. Pour les femmes entrepreneurs, Tamkeen propose de prendre en charge sous forme de subsides les intérêts sur les prêts contractés dans le cadre du lancement d’une activité. Les incitants ne manquent pas pour développer une société à Bahreïn, qui renforce sa position de plateforme de lancement en offrant la possibilité d’avoir accès à des conditions extrêmement privilégiées au marché américain du fait d’un accord de libre-échange inédit dans la région. Bahreïn vise particulièrement le marché fintech pour lequel il a développé tout un écosystème de soutien, notamment à travers des incubateurs spécifiques. Souhaitons que ces événements et les nombreux prévus dans les prochains mois aident à planter de nouvelles graines ou à accélérer la croissance des jeunes pousses!