leading story

Les déboires de l'EPR, fleuron du nucléaire français

À Flamanville, en Normandie, le chantier du nouveau réacteur nucléaire se poursuit. EDF, le maître d’œuvre, devrait annoncer cette semaine avoir franchi une étape importante: la finalisation des montages mécaniques du circuit primaire. Mais une énorme hypothèque pèse sur le projet. Une anomalie dans la composition de l’acier a été découverte fin 2014 au centre du couvercle et du fond de la cuve du réacteur, fabriqués par Areva. Des tests complémentaires ont commencé en décembre pour déterminer si les propriétés mécaniques de l’acier de ces deux pièces majeures répondent tout de même aux exigences réglementaires de sécurité. Si ce n’est pas le cas, cela pourrait signifier des années de retard supplémentaires pour ce réacteur, prévient l’ASN, l’autorité de sûreté nucléaire française. "Cela prend beaucoup de temps pour construire de nouveaux composants comme ceux-là nous parlons en années", souligne lundi dans le "Financial Times" Julien Collet, directeur général adjoint de l’ASN.