Publicité
leading story

Mecatech veut attirer 30 sociétés par an

Les dirigeants Mecatech ont présenté mardi le bilan du pôle de compétitivité consacré au génie mécanique.

Sur les 12 premiers appels à projets depuis la création du prôle en 2005, celui-ci a labellisé 82 projets dont 57 projets de recherche, 7 projets d’investissement et 18 projets de formation. Ils ont été développés par 243 acteurs dont 44 grandes entreprises, 102 PME, 71 laboratoires, 18 centres de recherche, 5 hautes écoles et 3 centres de compétence. D’après Jacques Germay, le directeur général du pôle, la réalité démontre que ce sont les PME qui sont les principaux membres de Mecatech.

Les projets retenus représentent un investissement de 249,7 millions d’euros dont 81,9 millions provenant du secteur privé. Le reste représente l’apport des autorités publiques. Les projets développés par les PME représentent une enveloppe d’investissement de 95,65 millions (dont 36,2 millions du privé) contre 70,8 millions pour les projets des grandes entreprises (dont 37,9 millions d’investissement privé). "Ces montants ne tiennent pas compte des investissements des entreprises pour la production et la commercialisation des innovations", précise Jacques Germay.

Les 12 appels à projets comportent la création d’environ 2.800 emplois endéans les 5 ans. Ils ont d’ailleurs produit leurs effets, car l’effectif direct des PME membres du pôle est passé de 2.314 à 3.751 personnes équivalents temps plein sur la période 2005-2013, soit une hausse de 62%. Celui dans les grandes entreprises a progressé de 18%, passant de 5.416 à 6.379 ETP. Ces dernières statistiques n’intègrent pas l’activité d’ArcelorMittal et AGC. Chez ces deux grandes sociétés, l’emploi a plutôt diminué depuis 2006, leurs effectifs ont chuté de 10.000 à 9.877 ETP. La valeur ajoutée des entreprises du pôle (excepté ArcelorMittal et AGC) est passée de 614 millions à 1,044 milliard, soit une progression de plus de 70%. "On ne peut pas dire que ces résultats sont à mettre uniquement au crédit du pôle. Mais il a su être un accélérateur de développement notamment par les effets de réseaux. La création d’emploi est associée à un accroissement de productivité. Notre objectif pour les années à venir est d’attirer environ 30 entreprises par an dans le pôle", dit Jacques Germay. Les témoignages des entreprises (Lasea, Thales, Physiol, groupe Comet, etc.) ont confirmé l’effet accélérateur du pôle.

[Suivez Philippe Lawson sur Twitter en cliquant ici]

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés