epinglé

Quand Beltug envoie le BSA sur les roses

En une démarche, Beltug, le lobby belge des directeurs informatiques, a prouvé tout l’intérêt de s’assembler en fédération. Une série de membres de l’association avait en effet reçu une lettre de la Business Software Alliance, un groupe qui défend les droits des éditeurs de logiciels. Un groupe surtout connu pour ses comportements de cow-boy: descentes musclées dans les entreprises pour vérifier que le nombre de licences achetées correspond au nombre d’utilisateur, chantage, attaques en justice,... Dans cette lettre, la BSA enjoignait les entreprises à s’identifier sur leur site et à installer des outils de vérification. Un courrier qui laissait surtout entendre que ceux qui ne le feraient pas, avaient sans doute quelque chose à se reprocher et couraient donc le risque d’un audit. Des gens sympa, on vous le disait. Plusieurs membres ont donc demandé l’avis de Beltug, qui leur a très clairement conseillé de ne pas répondre à ces courriers. Le lobby a ensuite envoyé un courrier pas piqué des vers aux instances belges de la BSA, précisant que ses membres n’étaient aucunement tenus de coopérer. La réponse n’a pas tardé, mais est arrivée directement... de Washington, du siège de la BSA, qui a insisté sur le fait qu’elle souhaitait "développer un dialogue constructif" et qu’elle n’avait plus recours à ses anciennes méthodes. Comme quoi, il suffit parfois de l’ouvrir...