leading story

Toujours au bord du gouffre, Sucraf refuse de mourir

Le holding anversois Sucraf peut poursuivre ses activités et verra ses coûts de fonctionnement pris en charge par le groupe Sopex, le holding de la famille Kronacker, son actionnaire de référence. Ainsi en ont décidé hier les actionnaires de Sucraf, réunis en assemblée générale (54% du capital représenté). Une AG extraordinaire convoquée à l’automne devra se prononcer sur une augmentation de capital. La dissolution du holding dont le seul actif est la sucrerie congolaise de Kibila, à l’arrêt depuis de longs mois, est donc (momentanément?) écartée.