Publicité
Publicité
chronique entreprises

Un monde de virgules

Dans L’Echo du 1er février, nous avons eu droit à un résumé des mesures soumises par les partis politiques au Bureau du plan dans la perspective des élections à venir. Ceci ne constitue pas des programmes complets, mais donne néanmoins une idée des grandes lignes de force. Lignes de force? Quelles lignes de force? Je vais prendre un parallèle en entreprise: imaginons que je demande aux membres de mon comité de direction de me proposer un plan d’action sur 5 ans (durée de la législature que nous allons voter en mai – crises politiques mises à part). Imaginez que pour ce plan, ma DRH me propose d’augmenter chaque collaborateur de 100 euros par mois; mon directeur financier me propose de faire une économie sur les attache-trombones; mon directeur marketing me propose de faire une jolie petite campagne Facebook; ma directrice IT me propose de remplacer le câblage réseau de notre siège social. Si le produit de la réflexion à long terme de notre comité de direction est aussi peu stratégique, j’aime autant vous dire que tout le monde vole par la fenêtre! Un plan long terme, ce n’est pas une succession de petites mesures. Un plan à long terme doit être ambitieux, innovateur, transformatif. Le monde évolue tellement vite que cinq ans, c’est désormais une éternité. Or, dans les programmes politiques (ou du moins ce qu’on peut en lire à quelques mois des élections), on découvre un monde de virgules, de mesurettes visant à corriger ceci, à améliorer cela, "shifter" ceci sur cela. Où sont les grandes mesures? Les projets ambitieux? La transformation de notre société pour l’adapter aux défis technologiques, environnementaux, sociaux, internationaux? À ce jour on ne les voit pas. Par ailleurs, l’outil apparemment unique pour exercer ces politiques semble être la taxation, sous toutes ses formes: augmentation, diminution ou, plus à la mode: "shift".