epinglé

Une tempête dans un verre de pils

Les stratégies de consolidation déployées depuis sept ans par AB InBev n’ont pas l’heur de plaire à Joseph Alioto, un avocat californien qui fédère souvent des plaignants via la formule de la "class action". En 2008, il avait tenté d’empêcher le déroulement de l’offre lancée par le brasseur belgo-brésilien sur l’Américain Anheuser-Busch. En 2013, il avait voulu bloquer son projet de prendre le contrôle du Mexicain Grupo Modelo. À présent, il s’attaque à un nouveau (très) gros morceau: il représente 23 consommateurs américains qui s’opposent en justice au projet d’AB InBev d’acquérir SABMiller. C’est ce qui s’appelle faire preuve de constance, voire d’entêtement. Devant un tribunal fédéral, les plaignants veulent bloquer l’opération au motif que cette fusion aura pour conséquence qu’ils devront payer plus cher, à l’avenir, une bière de moindre qualité. Le mariage du premier et du deuxième brasseur mondial créera en somme un quasi-monopole sur le marché brassicole nord-américain, en violation de la législation anti-trust.