Publicité
Publicité

WeWork se sépare de son CEO-fondateur

WeWork a donc finalement accepté l’enveloppe que lui a soumise SoftBank, selon une source proche du dossier citée par l’AFP. Si celle-ci contient la coquette somme de 8 milliards de dollars, c’est très loin des 47 milliards que la start-up new-yorkaise lancée en 2010 pensait valoir en début d’année quand elle ambitionnait entrer en Bourse, un projet aujourd’hui remis aux calendes grecques.