epinglé

Bon pour la Grèce, pas le Portugal

Avec un tel feu d’artifice des actions au cours du mois écoulé (lire en pages 37-39), on aurait pu penser qu’octobre serait médiocre pour les obligations. Eh bien, non! Dans l’ensemble, les gains sont aussi au rendez-vous sur le marché obligataire, même s’il s’agit de performances modestes. Grâce aux banques centrales qui ont assuré qu’elles resteraient au chevet de l’économie aussi longtemps que nécessaire, les taux d’intérêt sont restés sous pression ces dernières semaines.