Greenyard s’écarte pour de bon de la "zombie zone"

Greenyard estime qu’il n’a plus besoin d’une augmentation de capital pour poursuivre son redressement. Les analystes restent préoccupés par l’endettement du spécialiste des fruits et légumes.