leading story

"Les marchés ne croient pas au scénario du non"

Si le coût économique d’une sortie de la Grèce de la zone euro s’annonce faible pour le reste de l’Europe, l’impact du choc psychologique est en revanche beaucoup plus difficile à estimer, avertit William De Vijlder, économiste en chef du groupe BNP Paribas.