leading story

Les obligations belges n'attirent plus

Les volumes d’OLO sont au plus bas depuis plus de six ans sur le marché secondaire. La demande est au plus bas depuis 1998 sur le marché primaire. Les investisseurs boudent la dette belge.