Publicité
Publicité
leading story

Les obligations du Portugal font un tabac

De manière générale, le marché obligataire a reculé, mardi, les investisseurs ayant reçu de bonnes nouvelles les encourageant à s’orienter vers les actifs risqués (lire en page 26). On a donc logiquement observé une tension sur les taux d’intérêt de la plupart des obligations gouvernementales, des plus défensives (le taux du Bund allemand à dix ans s’est détendu de 5,5 points de base, ou 0,055 point de pourcentage, à 1,297%) au moins bien notées (le taux espagnol s’est tendu de 0,4 pb à 4,085%). La hausse du taux de l’obligation portugaise à dix ans est plus prononcée: + 6,7 pb à 5,445%. Mais cela s’explique par l’émission d’un nouveau benchmark décennal par Lisbonne, qui a attiré une demande plus de trois fois supérieure à l’objectif: les investisseurs ont proposé de prendre pour 10,2 milliards d’euros de titres de dette portugaise, alors que le gouvernement lusitanien comptait lever maximum 3 milliards d’euros. Cet afflux sur le marché primaire (émission de nouvelle dette) a tari la demande sur le marché secondaire (cotation des titres de dette en circulation), ce qui explique la tension des taux observés à cet endroit. Toujours parmi les pays dits "périphériques" de la zone euro, notons que le taux à dix ans grec est repassé sous la barre des 10% alors qu’il se trouvait encore à plus de 12% voici un mois. Côté devises, l’euro a fait du surplace, autour de 1,3080 dollar.