Publicité
Publicité
leading story

Nette détente des taux des titres grecs

Le marché de la dette en zone euro a peu bougé jeudi, les investisseurs digérant les récentes décisions des banques centrales, dont la Réserve fédérale (Fed) et la Banque d’Angleterre. La réunion de deux jours de la Fed qui s’est achevée mercredi soir n’a eu "aucun impact sur le marché dans la mesure où elle n’a débouché sur aucune grande mesure ni sur aucun changement dans les prévisions économiques", a expliqué Guillaume Rigeade, gérant allocation d’actifs et dettes souveraines chez Edmond de Rothschild Asset Management. "La décision de maintenir les taux d’intérêts inchangés cette fois-ci était complètement attendue et les investisseurs anticipent désormais une nouvelle montée de taux directeurs en décembre", a-t-il ajouté. À 18h, le taux d’emprunt à dix ans de l’Allemagne a fini sans changement à 0,372% contre 0,373% mercredi à la clôture du marché secondaire, où s’échange la dette déjà émise. Celui de la France a aussi peu bougé terminant à 0,759% contre 0,763%, tout comme celui de l’Espagne à 1,483% contre 1,475%, et celui de l’Italie à 1,797% contre 1,804%. Celui de la Grèce a pour sa part connu une nette détente pour la deuxième séance d’affilée à 5,085% contre 5,267%. Selon Guillaume Rigeade, cette détente s’explique par "les déclarations du ministre grec des Finances affirmant qu’il travaillait à une normalisation du marché obligataire grec, des propos bien accueillis par les investisseurs". En dehors de la zone euro, le taux britannique a reflué à 1,260% contre 1,343%.