Publicité
leading story

Retour de l'appétit pour le risque

Le marché de la dette s’est tendu lundi, les investisseurs, plus enclins à prendre des risques, se détournant des obligations, ce qui a en revanche bénéficié aux obligations de l’Italie après une semaine difficile. "Il y a un petit retour de balancier, après une large détente la semaine passée dans la foulée de la révision des prévisions de croissance pour la zone euro par la Commission européenne", a observé auprès de l’AFP Eric Vanraes, gérant obligataire de la banque suisse Eric Sturdza. L’abaissement des perspectives de croissance 2019 pour la zone euro, avec un ralentissement particulièrement important en Allemagne et en Italie, a refroidi clairement l’atmosphère sur les marchés. "La révision pour l’Italie a été drastique, remettant en cause" les chiffres sur lesquels le gouvernement a construit son budget, ce qui a entraîné une nette tension des taux d’emprunt du pays, a ajouté M. Vanraes. "Aujourd’hui, les marchés actions repartent", et de façon assez classique les taux se tendent, les investisseurs retrouvant un peu d’appétit pour le risque, "ce qui joue aussi en faveur de l’Italie", a analysé l’expert.

À 18h, le taux d’emprunt à 10 ans de l’Allemagne a progressé à 0,12%, contre 0,087% vendredi où il avait touché son plus bas niveau depuis octobre 2016. Le taux belge à dix ans s’est tendu à 0,712%, contre 0,695% vendredi. Le mouvement a été similaire pour celui de la France qui a terminé à 0,565%, contre 0,541%. Celui de l’Italie a par contre nettement reculé à 2,9%, contre 2,958%.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés