leading story

Les candidats propriétaires en profitent moins…

Alors que la baisse des taux se fait immédiatement sentir au niveau de l’épargne, elle se répercute moins vite sur les taux des emprunts hypothécaires. "Le marché hypothécaire belge dépend surtout du taux des OLO et du taux de swap, qui ne sont pas directement influencés par les baisses de taux de la BCE", explique-t-on chez Argenta. Malgré tout, le taux des OLO a également atteint des abysses ces dernières semaines. "Les taux hypothécaires ont aussi baissé, mais dans des proportions bien moindres. A l’heure actuelle, ce qui joue davantage que le taux du marché, c’est le profil du client. Un bon client pourra obtenir un taux beaucoup plus avantageux", explique John Romain d’Immotheker. Petit exemple: "Le taux pour un emprunt à 20 ans à taux fixe est actuellement de 3,7% en moyenne. Il s’agit d’un prêt sans conditions. Si vous acceptez certaines conditions, comme la souscription d’une assurance incendie ou solde restant dû, une épargne automatique, etc., le taux peut baisser jusqu’à 3,17%", indique John Romain, se référant au contrat le plus avantageux sur 20 ans (taux fixe) signé récemment. Cela explique aussi pourquoi les banques sont plus réticentes à refinancer un emprunt. "Si elles voient qu’elles ne peuvent pas gagner grand-chose avec un client, elles n’ont aucun intérêt à accepter de renégocier le taux de leur emprunt hypothécaire", poursuit-il. Selon Immotheker, les banques ont augmenté l’écart entre les taux des emprunts à 20 et à 30 ans pour décourager les clients de s’engager à très long terme. "Si vous empruntez aujourd’hui 200.000 euros sans conditions, à un taux fixe sur 30 ans, vous payerez 1.002 euros par mois. Si vous empruntez sur 25 ans, vous rembourserez 1.032 euros, soit une différence d’à peine 29 euros", souligne John Romain.