chronique

Arc-en-ciel et nuages d'orage

Enfin! Vous le sentez, là, ce parfum de crise politique? Pour peu, ça ferait presque plaisir. Il faut dire: durant cinq longs mois (depuis les élections du 26 mai), il ne s’est presque rien passé dans la formation d’un nouveau gouvernement fédéral. Des contacts entre partis, l’une ou l’autre mission royale, certes. Mais pas de vraie négociation et aucune avancée sérieuse. Encéphalogramme plat. Le tout dans une indifférence quasi générale. Et puis cette semaine, un soubresaut: des tensions entre partis, un échec des préformateurs Demotte et Bourgeois, Paul Magnette propulsé informateur. Un peu de dramaturgie. Le patient bouge encore, c’est déjà ça.