Publicité
Publicité
leading story

Deux Belges ont (aussi) sauvé l’euro

Juste avant son départ à la retraite, Melchior Wathelet (père) est venu donner un coup de main à Peter Praet. Entre Belges, et Européens convaincus, on ne va quand même pas se tirer dans les pattes… C’est assez logiquement que Melchior Wathelet (père), avocat général à la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), a rendu des conclusions favorables aux achats d’obligations de la Banque centrale européenne (BCE), programme de politique monétaire conçu sous la houlette du Belge Peter Praet, chef économiste de la BCE. Il faut avouer que les risques étaient déjà très faibles que la CJUE désavoue l’institution gardienne de l’euro. Mais en confiant l’affaire à Melchior Wathelet, la probabilité de voir la haute juridiction blackbouler les décisions de Peter Praet et consorts était tombée à zéro. L’issue de cette procédure devant la Cour n’a donc pas fait grand bruit quand elle a été annoncée au début du mois. Certes, il faut encore que les juges de la Cour se prononcent eux-mêmes sur l’affaire mais on sait bien que, dans la très grande majorité des cas, ils suivent l’avis de l’avocat général. Et donc, à côté de Mario Draghi, le président de la BCE, voilà donc deux Belges qui auront, eux aussi, sauvé l’euro. Pour le ministre d’État Melchior Wathelet, 69 ans, ce sera d’ailleurs le dernier fait d’armes puisqu’il a décidé cette semaine de partir à la retraite. Bon vent à lui.