leading story

justice action en responsabilité contre l’etat belge

Onze communes du Brabant flamand ont déposé mercredi une action en responsabilité auprès du tribunal civil de Bruxelles. Elles espèrent ainsi obtenir une loi qui fixe les procédures de choix des routes aériennes. Quelques citoyens se sont joints au mouvement, a indiqué le bourgmestre de Kortenberg Chris Taes (CD&V). La province soutient également l’action, tout comme Wezembeek-Oppem, en tant que partie intervenante. Les plaignants reprochent au ministre fédéral de la Mobilité François Bellot (MR) l’absence, selon eux, de répartition équitable des nuisances sonores causées par Brussels Airport. Ils réclament que celle-ci soit établie sur la base de critères objectifs, des principes aéronautiques, de la sécurité du transport aérien et d’un usage préférentiel des pistes. Pour l’instant, le Brabant flamand voit passer 85% du trafic, fustigent les communes. Celles-ci disent ne pas avoir choisi la date de dépôt de l’action par hasard. "Nous montrons ainsi que nous voulons vivre en bon voisinage avec l’aéroport, mais l’amour doit être réciproque." Les 11 communes flamandes à l’origine de l’action sont Steenokkerzeel, Zaventem, Tervuren, Wemmel, Grimbergen, Kampenhout, Herent, Landen, Hal, Dilbeek et Kortenberg. Wezembeek-Oppem s’associe à la procédure, mais en tant que partie intervenante afin de "k" à la localité. Celle-ci vise notamment le projet d’allongement de la piste 25L vers Erps-Kwerps et ses conséquences pour des communes comme Sterrebeek, Tervuren et Crainhem. Le ministre Bellot se refuse à tout commentaire sur l’action des 11 communes. Il attend les résultats de l’étude d’incidences que lui a imposée la Justice sur l’activité de l’aéroport national et son impact. Il refuse toute décision qui déplacerait les nuisances d’une zone à l’autre.