leading story

La bataille judiciaire reprend contre le survol de Bruxelles

Le nouveau ministre de la Mobilité François Bellot (MR) n’aura pas bénéficié des 100 jours de répit accordés à un responsable politique. Il est rattrapé par le dossier du survol de Bruxelles. Environ deux mois après sa nomination, il est confronté à plusieurs actions en justice. La dernière en date est celle du gouvernement bruxellois qui a annoncé hier l’introduction de trois actions en cessation environnementale devant le tribunal de première instance de Bruxelles. "Face à l’inertie du Fédéral, je n’ai pas d’autre choix que de saisir la justice. Malgré mes demandes répétées de concertation depuis presque deux ans, rien n’a été entrepris par le niveau fédéral. Pas le moindre groupe de travail n’a été convoqué", déplore Céline Fremault, ministre bruxelloise de l’Environnement (cdH). La première action vise l’allongement de la nuit d’une heure (de 6h à 7h du matin), la deuxième réclame la suppression de la route du Canal pour le nord et le centre de la capitale. La dernière plaide pour le resserrement du virage à gauche pour soulager l’est de Bruxelles.