La Belgique ne défend pas la manne du quartier Schuman

Au jeu du retour sur investissement des États membres dans l’Union, la Belgique est un cas à part puisqu’elle héberge les principales institutions européennes. Elle bénéficie indirectement de 5 milliards d’euros de dépenses administratives que l’Union fait sur son territoire. Une étude de la VUB estime que la présence internationale à Bruxelles, dont le centre de gravité est le quartier européen, représente environ 17% de l’emploi bruxellois. On pourrait s’attendre à ce que dans la négociation du futur budget, les Belges défendent le financement de cette manne. Il n’en est rien. À la table du Conseil européen d’octobre, le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel a pris la parole pour défendre une administration européenne forte, dotée des ressources opérationnelles nécessaires. Mais il est bien le seul à avoir pris la parole sur ce point, selon deux comptes rendus dont nous avons eu vent.