leading story

"La grève sera suivie dans les bastions du PTB"

Pour Michel Hermans, professeur de Sciences politiques à HEC-ULg (Liège), la défection des syndicats flamands sur la grève à la SNCB est le résultat de pressions politiques du sp.a, "nettement moins à gauche que le PS" et du CD&V, qui veut éviter tout sabotage de son travail au sein du gouvernement Michel. "Il est évident qu’il y a un très gros problème du côté des syndicats et la situation actuelle vient confirmer un changement de mentalité qu’on a vu lors des précédentes grèves à la SNCB".