La police "présente en masse" pour faire respecter le confinement

Jusqu’à 4.000 euros d’amende et trois mois de prison, la majeure partie des patrouilles dispersées pour faire respecter le confinement, les contrôles de vitesse et la police judiciaire mis de côté : la police fait face, elle aussi, au coronavirus.