Publicité
Publicité
leading story

La Wallonie veut mieux exploiter ses ressources hydroélectriques

"Cest la première fois que cela arrive au barrage de Hun. Il faut dire qu’il a fait très sec ces dernières semaines. Le débit de la Meuse nous a obligés à mettre à l’arrêt cinq des six turbines", explique Léon Rutten. Nous sommes en bordure de la Haute Meuse, à quelques kilomètres d’Yvoir. À ce niveau de la Meuse, le débit tourne d’ordinaire autour de 150 m³ par seconde. "Pour être au maximum de notre production, le débit doit tourner autour de 112 m³ par seconde". Aujourd’hui, c’est beaucoup moins.