Publicité
Publicité
edito

Les élections sont finies pourtant…

La communication politique est un exercice difficile, où il faut constamment veiller à un savant équilibre entre séduction et crédibilité. Aujourd’hui, nous n’avons ni l’un ni l’autre. Avant les élections, les partis ont multiplié les promesses peu réalistes et surtout les exclusives (N-VA et PS se sont mutuellement promis de ne pas gouverner ensemble par exemple, idem entre N-VA et Ecolo/Groen). On peut certes comprendre qu’en campagne électorale, le "marketing" politique prévale. Mais, à l’issue du scrutin – et d’autant plus lorsque le verdict des urnes produit une arithmétique délicate – on attend davantage de chaque acteur qu’il assume ses responsabilités, s’avère constructif, porte des projets.