Publicité
Publicité

"Pas de quoi se réjouir"

"Dont acte", nous dit Alain Maron (Ecolo) au sujet de l'analyse de Bruxelles Environnement sur les impacts du confinement. "Comme lors d'un Dimanche sans voiture, on prend les chiffres de la qualité de l'air et du bruit et on constate que la pollution baisse. Ce n'est pas une surprise et tout le monde s'y attendait. Mais il est impossible de se réjouir de ces résultats dus à un confinement dont les impacts économiques et psychosociaux sont tellement désastreux."