Seul un tiers des 30 points noirs bruxellois sécurisés

En 2015, une étude commandée par la Région avait permis d'identifier les lieux les plus accidentogènes. Seuls un tiers ont fait l'objet d'un réaménagement.