Publicité
Publicité
leading story

Vent debout contre la prime aux kots qui exclut Bruxelles

Le gouvernement wallon a décidé d’instaurer un soutien de 1.000 euros par an aux étudiants wallons qui "kotent" loin de chez eux. Seuls les étudiants wallons qui suivent les cours en Wallonie auront droit à la prime, ce qui fait bondir le recteur de l’ULB, après les fédérations étudiantes la semaine dernière. "La décision met en lumière les très grands dangers de la régionalisation des matières communautaires si on n’y prend pas garde", estime Yvon Englert dans les colonnes du "Soir". Pour Rudy Demotte (PS), ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, le système est une atteinte au libre choix de son université. De son côté, DéFI a qualifié la prime de "totalement inégalitaire et protectionniste" et demande à Rudy Demotte de "siffler la fin de la récréation et réunir d’urgence les ministres wallons et bruxellois compétents pour empêcher qu’une telle mesure discrimine non seulement les Wallons entre eux, mais également les Bruxellois et les Wallons". Membre de la majorité MR-cdH au pouvoir en Wallonie, le député wallon et communautaire Olivier Destrebecq (MR) a dit voir dans la sortie de M. Maingain une volonté de faire du "brouhaha politique".