Comcast renonce à Fox pas à Sky

©REUTERS

Le câblo-opérateur américain Comcast laisse la voie libre à Disney sur les actifs de 21st Century Fox

C'est le feuilleton qui agite le monde des médias: la bataille mêlant Fox, Disney, Comcast et Sky. Deux dossiers de fusion et acquisition qui se télescopent.

Aujourd'hui, le câblo-opérateur américain Comcast annonce qu'il renonce à Fox. Dans ce dossier, il est opposé à Disney dont l'offre pour les activités de cinéma, de télévision et internationales de 21st Century Fox reçoit la préférence du conseil de cette dernière . Disney a mis 71,3 milliards de dollars sur la table pour cette opération.

Mais cela ne veut pas dire que Comcast a perdu toute gourmandise. Le groupe, qui détient notamment les chaînes de télévision NBC, MSNBC et CNBC, va en revanche "se concentrer" sur sa proposition de racheter l'opérateur de télévision britannique Sky. Et dans cette bataille, c'est à la famille Murdoch, premier actionnaire de Fox, qu'il s'oppose.

La semaine dernière, les Murdoch avaient relevé leur offre sur le Britannique suivi dans la foulée d'une révision à la hausse de l'offre de Comcast. Les analystes avaient alors déjà évoqué l'hypothèse de voir Disney et Comcast s'entendre: le premier s'adjugeant Fox et le second se recentrant sur Sky. 

→ Relire notre analyse:  "La lutte pour Sky n'est pas finie"

La victoire de Disney

"Je voudrais féliciter Bog Iger (le PDG de Disney, NDLR) et l'équipe de Disney et saluer la famille Murdoch et Fox pour avoir créé une entreprise si séduisante et respectée", écrit dans un communiqué Brian Roberts, le PDG de Comcast.

 

 

C'est une victoire importante pour Disney. Le groupe cherche à doper son portefeuille de contenus au moment où le secteur des médias/divertissements et des télécoms est bouleversé par les géants de la Silicon Valley. Ces derniers -Netflix, Amazon, Google, Apple- disposent d'un avantage certain: grâce aux données personnelles des utilisateurs stockées sur leurs plateformes, ils sont en contact direct avec le public et en savent long sur ses goûts et ses habitudes, ce qui leur permet par exemple d'adapter les contenus qu'ils proposent.

Google et Facebook ont également la particularité de capter une part substantielle des recettes publicitaires, au détriment des acteurs traditionnels des médias.

D'où l'idée pour les acteurs des télécoms et des médias de se marier pour soit combiner canaux de distribution et contenus, soit étoffer leur offre de programmes.

Disney va donc mettre la main sur les studios de cinéma 20th Century Fox, la chaîne de télévision National Geographic ou la participation de Fox dans le service de streaming Hulu. La chaîne de télévision câblée américaine Fox News, le Wall Street Journal et l'agence d'informations DowJones, autres propriétés de la famille Murdoch, ne sont en revanche pas concernés par cette transaction et seront regroupés dans un nouveau groupe "Fox" aminci.

L'opération a reçu un feu vert sous condition des autorités américaines de la concurrence.

©EPA

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content