La régie de la RTBF et Dupuis veulent créer un YouTube belge

©Dupuis Audiovisuel/Aranéo Belgium/Luxanimation/ RTBF - 2012

La RMB, la régie pub de la RTBF, et Dupuis, l’éditeur de Spirou, créent deux sociétés actives dans la vidéo en ligne et l’investissement dans des start-ups.

La Régie Média Belge (RMB), régie publicitaire et filiale à 100% de la RTBF, se sent pousser des ailes entrepreneuriales. Selon nos informations, elle vient de créer deux sociétés avec, chaque fois, le même partenaire, les éditions Dupuis.

Dotées chacune d’un capital de 200.000 euros, elles sont pilotées par RMB, Dupuis ne détenant qu’une action. Elles ont toutes les deux le même conseil d’administration, présidé dans les deux cas par l’administrateur général de la RTBF, Jean-Paul Philippot, et les mêmes administrateurs délégués, Yves Gérard et Pierre Vanderbeck, respectivement CEO et directeur de la stratégie de la RMB.

Plateforme vidéo

La première s’intitule The Content Company. Elle a pour objet, entre autres, l’édition, la diffusion et la commercialisation de contenus éditoriaux sous toutes formes, notamment électroniques, la monétisation des contenus auprès des consommateurs ou la publicité, etc.

Il nous revient que derrière ces objectifs se cache l’ambition de créer une sorte de plateforme de vidéo en ligne, en clair une sorte de YouTube ou de DailyMotion à la belge. L’idée est de mieux tirer profit de la forte croissance de la pub sur les sites de vidéo en ligne. "Ce marché explose et ne parvient pas à répondre à la demande des annonceurs, dit un proche du dossier. Il représente 30 à 35 millions de revenus publicitaires mais la grande majorité file sur YouTube, faute d’espace sur les sites belges: il y a donc un marché à saisir."

La plateforme sera lancée cette année et sera accessible sur tous les supports, y compris mobiles (smartphones, tablettes, consoles…). Les contenus viendront de plusieurs sources: d’amateurs ("user generated content"), de semi-professionnels (écoles de communication, de cinéma) ou de professionnels, comme Dupuis qui dispose d’un catalogue audiovisuel fourni. La RTBF est d’ailleurs un des principaux actionnaires de son studio d’animation Dreamwall. Du contenu venant de la RTBF elle-même, surtout des archives, pourrait aussi s’y ajouter, mais pour RMB, l’objectif n’est bien évidemment pas de concurrencer la maison mère sur ce marché…

D’après nos sources, l’ambition serait également de barrer la route au géant américain Netflix, dont l’arrivé en Belgique se profile, en y ajoutant une offre de SVOD (vidéo à la demande par abonnement)… Outre la publicité, la plateforme devrait ainsi tirer quelques revenus de droits d’hébergement et de souscriptions à des catalogues de séries, de films, etc. La plateforme UniversCiné qui propose des films d’auteurs en vidéo à la demande pourrait être un de ces partenaires.

Capital à risque

La deuxième société, baptisée "Belgian Media Venture", a quant à elle pour objet l’accompagnement et le développement d’entreprises commerciales ou culturelles via des moyens marketing et la prise de participation dans ces sociétés.

D’après nos renseignements, la démarche est la suivante: la RTBF disposant de nombreux espaces publicitaires vierges commercialisables, y compris en prime-time, le deal est de les proposer à des prix réduits (le tarif "invendus") à des start-ups dans lesquelles la société prendra des participations minoritaires. Sont visées des entreprises actives dans la grande consommation et le commerce électronique, disposant de budgets marketing limités, mais dont la clientèle est atteignable via un média de masse comme la RTBF.

L’idée est inspirée du groupe allemand de télévision privée ProSiebenSat1, grand concurrent de RTL, qui a pris des participations dans des dizaines d’entreprises. Il s’agit de capital à risque, le but étant de céder ces participations une fois les sociétés arrivées à maturité. Plusieurs dossiers seraient à l’étude.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés