Square dépasse son grand frère Twitter en Bourse

©Bloomberg

En atteignant une capitalisation boursière de 17,2 milliards de dollars, Square, la seconde start-up de Jack Dorsey, a dépassé son grand frère Twitter fondé par le même entrepreneur américain trois ans auparavant.

C’est le parfait exemple de l’élève qui dépasse le maître. Pour la première fois depuis son entrée en Bourse fin 2015, la capitalisation de Square , société spécialisée dans le paiement mobile fondée en 2009 par l’entrepreneur américain Jack Dorsey, vient de dépasser celle du site de micro-blogging à succès Twitter , premier (et le plus connu du grand public) bébé du quadragénaire.

En effet, fin de semaine dernière, la capitalisation boursière de Square a doublé celle de son grand frère Twitter, atteignant pour le premier cas les 17,2 milliards de dollars, contre 15,4 milliards pour le second.

"Je conseille à Jack Dorsey de ne pas diriger deux entreprises à la fois."
Elon MUSK
CEO de TESLA et SpaceX

Outre l’aspect financier de cet événement, il s’agit-là d’un beau pied de nez aux mauvaises langues pour Jack Dorsey, car Square n’était au début qu’un simple projet lancé en marge d’un pas de côté forcé de sa position de CEO de Twitter en 2008.

A l’époque, la start-up entendait transformer tout smartphone en terminal de paiement mobile par l’ajout d’un petit appareil adapté. A partir de là, le GSM pouvait accepter les cartes de banques de tout type.

Une époque qui semble si lointaine… car désormais, l’entreprise a bien grandi par rapport aux débuts, enregistrant un chiffre d’affaires de 439 millions de dollars au troisième trimestre (en hausse de 32% par rapport à la même période l’année d’avant), et disposant de bureaux aux Etats-Unis, au Canada, au Japon, en Australie, en Irlande, de même qu’au Royaume-Uni. Des performances et une présence qui font de Square un acteur de poids dans le paysage technologique mondial.

Elon Musk a eu tort…

A ceux qui verraient dans la performance de Twitter le manque d’influence de Jack Dorsey, désolé de les décevoir, mais l’homme en est redevenu le patron en 2015, avant de rentrer au conseil d’administration.

La raison de cette croissance plus faible est donc à chercher ailleurs, peut-être dans la peine à endiguer le ralentissement du nombre d’utilisateurs du réseau social, ou encore dans la stratégie de monétisation du service poursuivie par les équipes qui semble moins bien marcher que celle de l’autre géant américain du secteur qu’est Facebook.

Une situation bien différente pour le grand frère que celle de Square, en plein boom, où Jack Dorsey est aussi CEO et au conseil. Comme quoi, lorsqu’un certain Elon Musk lui a conseillé en 2015 de ne "pas de diriger deux entreprises", peut-être a-t-il bien fait de ne pas l’écouter, surtout quand on sait que l’américain connu pour Tesla et SpaceX dirige… ces deux entreprises.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content