Victoire de Tampa Bay à un Super Bowl en mode corona

Rob Gronkowski et Tom Brady célèbrent la victoire de leur équipe, les Buccaneers de Tampa Bay au Super Bowl. ©USA TODAY Sports

C'est l'équipe des Buccaneers de Tampa Bay qui a remporté le Super Bowl cette année aux États-Unis. Un événement sportif qui aura été marqué par la pandémie de coronavirus, y compris au niveau de ses spots publicitaires.

L’Amérique entière a retenu son souffle cette nuit à l’occasion du 55e Super Bowl, la finale du championnat de football américain. Pas seulement en raison de son affiche exceptionnelle qui a vu la légende Tom Brady s’opposer au jeune prometteur Patrick Mahomes dans un duel épique, mais parce qu’il se déroulait avant tout dans des circonstances très particulières, pandémie de Covid oblige.

25.000
spectateurs
Seuls 25.000 spectateurs ont été autorisés à venir garnir le stade, dont 7.500 provenant du personnel de santé.

Au final, les Buccaneers de Tampa Bay se sont imposés face au tenant du titre Kansas City (31-9), décrochant ainsi leur deuxième Super Bowl. Une victoire personnelle pour Tom Brady, qui à 43 ans et avec désormais sept sacres à son actif, a confirmé qu'il était le plus grand joueur de l'histoire du football américain (NFL).

Pour assister au spectacle, qui comprenait à la mi-temps le show du musicien canadien The Weeknd, seuls 25.000 spectateurs (contre 70.000 habituellement) ont été autorisés à venir garnir le Raymond James Stadium de Tampa. Ils étaient 7.500 à provenir du personnel de santé en première ligne dans la lutte contre la pandémie invités par la NFL.

Les géants de la pub font l'impasse

Le Super Bowl, c'est également un grand événement publicitaire. Mais cette année, les grandes marques habituelles comme Budweiser, Pepsi, Coca-Cola ou Procter & Gamble ont décidé de faire l’impasse. Pour Budweiser en tant que tel, c’est une première depuis 37 ans. La maison mère, AB Inbev, aura tout de même été présente avec des spots pour ses bières Bud Light ou Michelob.

Bud Light Legends - Super Bowl LV Commercial

D'un film à gros budget à un nouveau goût de chips, le Super Bowl est souvent l'occasion d'un lancement de produit, mais avec une économie au ralenti, beaucoup de marques ont remis les nouveautés à plus tard. D’autant qu’avec la pandémie et les divisions politiques et raciales qui ont défrayé la chronique aux États-Unis cette année, passer son tour sur l'exercice permet également d'éviter l'impair avec un message mal reçu et commenté à l'infini sur les réseaux sociaux.

"Les Américains sont sensibles sur de nombreux sujets en ce moment. Et la dernière chose que vous voulez, c'est froisser les gens"
Tim Calkins
Professeur de marketing à l'université Northwestern

Entre pandémie et politique, "les Américains sont sensibles sur de nombreux sujets en ce moment", analyse Tim Calkins, professeur de marketing à l'université Northwestern. "Et la dernière chose que vous voulez, c'est froisser les gens".

Les "outsiders" en profitent

Malgré le retrait de plusieurs annonceurs, le prix du spot de 30 secondes ne s'est que légèrement tassé, à 5,5 millions de dollars (environ 4,5 millions d’euros) contre 5,6 millions l'an passé.

C'est que plusieurs marques émergentes ont repris les places laissées vacantes, notamment l'enseigne de restauration rapide Chipotle, dont ce fut le baptême du feu. Plutôt qu'un ton léger, habituellement de règle au Super Bowl mais moins évident en pleine pandémie, le restaurateur a choisi un message plus sérieux, axé sur le soutien à l'agriculture américaine raisonnée., au départ d'un jeune garçon qui se demande si son "burrito" pourrait... changer le monde.

Chipotle | Can a Burrito Change the World?

On épinglera également le spot publicitaire de Robinhood, le courtier en ligne cloué au pilori sur les réseaux sociaux pour avoir restreint l'achat de certaines actions sur sa plateforme comme GameStop ces derniers jours avant de lever ces restrictions vendredi dernier. Des éléments qui sont absent du clip, dont le slogan joue résolument sur la démocratisation de la bourse: "Vous n'avez pas besoin de devenir un investisseur, vous êtes né en tant que tel."

We are all investors | Robinhood

Mai de nombreux spots publicitaires jouent surtout sur la mise en scène de vedettes. C'est le cas notamment du spot de la marque de chips Cheetos qui met en scène une dispute entre Mila Kunis et Ashton Kutcher autour du tube de 2000 du rappeur Shaggy "It Wasn't Me".

Cheetos | It Wasn’t Me SUPER BOWL LV OFFICIAL VIDEO

À noter aussi l'apparition, à 75 ans, de la reine de la musique country Dolly Parton. Transformant les paroles de son tube "9 to 5" en "5 to 9", la chanteuse américaine donne de la voix pour une publicité de l'hébergeur de sites internet Squarespace.

5 to 9 by Dolly Parton – Extended | Big Game Commercial 2021 | Squarespace

Toujours dans le registre des vedettes, Michael B. Jordan, l’acteur de "Black Panther" et "Creed" joue le rôle d'Alexa, le fameux assistant vocal d’Amazon, dans cette publicité du géant américain.

Amazon’s Big Game Commercial: Alexa’s Body

Enfin, pour les nostalgiques du "Saturday Night Live" au tournant des années 1980 et 1990, les comédiens Mike Myers et Dana Carvey revêtent leurs costumes de "Wayne's World" dans ce spot pour le service de livraison Uber Eats.

Wayne’s World - Wayne and Garth are Back | Uber Eats

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés