chronique

Facebook se plante en voulant jouer au cupidon

Facebook a snobé les autorités européennes pour le lancement de son service de rencontre, Facebook Dating. Mal lui en a pris. Chronique d'un lancement raté qui pourrait avoir de lourdes conséquences.

C’est l’histoire d’un beau raté. Facebook espérait pouvoir lancer son service d’agence matrimoniale, Facebook Dating, pour la Saint-Valentin ce vendredi, mais ce ne fut pas le cas. La faute à une non-compatibilité avec les règles de protection de données en vigueur sur le territoire européen. La faute surtout à un lancement mal géré du côté du réseau social américain.

Ce lundi, les officiers de la DPC, la commission de protection des données irlandaise, ont fait irruption au siège européen de Facebook à Dublin. Ils ont saisi des documents internes et sont repartis en obtenant de Facebook le report du lancement de sa fonctionnalité de rencontre. La commission irlandaise a utilisé les grands moyens après avoir été snobée par Facebook. Le réseau social créé par Mark Zuckerberg n’avait pas cru bon de les prévenir à temps du lancement imminent de cette fonctionnalité.

Or comme le siège européen de Facebook est situé à Dublin, c’est cette petite commission nationale irlandaise qui est responsable au nom de l’Union européenne. Facebook a prévenu en dernière minute les autorités irlandaises qui n’ont pas eu le temps nécessaire pour examiner et valider les questions relatives à la vie privée des utilisateurs du futur service. Car c’est bien là le souci. Facebook est maintenant suivi à la loupe par les autorités européennes en matière de protection des données. Avec  le lancement d’un service de rencontres, la première chose dont a besoin Facebook pour le faire fonctionner, c’est de pouvoir utiliser les données de ses utilisateurs pour promotionner ce service et tenter de les convaincre d’y participer.

Qui voudrait confier les données les plus sensibles émotionnellement parlant à une entreprise qui s'évertue à ne pas respecter le caractère privé des données de ses utilisateurs?

Dans sa communication officielle, Facebook a tenté de rester digne en acceptant les doléances des autorités et en reportant à une date encore inconnue le lancement de Facebook Dating, mais en interne ce report semble agacer passablement les hauts gradés américains de Facebook. En témoigne cette déclaration recueillie par le média spécialisé américain Techcrunch: "Nous n’avons aucune obligation légale d’informer la DPC des lancements de produits. Cependant, par courtoisie vis-à-vis du bureau de la Commission de protection des données, qui est notre principal régulateur pour la protection des données en Europe, nous les avons informés de manière proactive au sujet de ce projet de lancement deux semaines à l’avance. Nous avions achevé l’évaluation de l’impact du traitement des données bien avant le lancement européen, que nous avons partagé avec la DPC lors de sa demande."

Du côté des autorités irlandaises, on ne se laisse pas faire et on compte bien aller au bout de l’enquête : "Nos inquiétudes ont été aggravées par le fait qu’aucune information / documentation ne nous a été fournie le 3 février (date à laquelle Facebook a contacté la DPC, NDLR) concernant l’étude d’impact sur la protection des données ou les processus de prise de décision qui ont été entrepris par Facebook Irlande", précise la commission irlandaise dans un communiqué.

Facebook ne s’en rend pas compte, mais le réseau social vient de se tirer une balle dans le pied. Cette nouvelle fonctionnalité a pour but de réconcilier les utilisateurs qui désertent Facebook par manque d’intérêt ou par conviction. En se remettant dans le viseur des autorités et des utilisateurs avec une nouvelle faute liée à la protection des données, Facebook vient de donner une raison supplémentaire de ne plus lui faire confiance. Dans ce contexte, prédire le futur flop de Facebook Dating en Europe ne relève plus de la voyance, mais de l’évidence. Qui voudrait confier les données les plus sensibles émotionnellement parlant, à savoir celles de sa vie amoureuse, à une entreprise qui s'évertue à ne pas respecter le caractère privé des données de ses utilisateurs?

 

Lire également

Echo Connect