chronique

La communication au bout des pouces

Journaliste

Le candidat démocrate Joe Biden a fait campagne sur le jeu vidéo "Animal Crossing". Un choix qui peut paraître surprenant pour l’homme de 77 ans. La stratégie est pourtant tout sauf bête.

On est pas loin de l’indigestion de burgers. Au cas où vous auriez profité des vacances d’automne pour aller faire un saut sur la lune, on vous confirme ce qui était attendu. La semaine écoulée a bien été sponsorisée par l’oncle Sam et ses élections. Depuis des semaines, le suffrage américain est partout. Et même à des endroits qui semblaient jusqu’ici épargnés. Joe Biden a ainsi décidé de faire campagne sur ‘Animal Crossing’, le deuxième plus gros succès de Nintendo, avec déjà plus de 22 millions de ventes à travers le monde.

On a quand même un peu de mal à imaginer papy Biden, 77 ans, chauffer les pouces sur sa Nintendo Switch pour embellir son île alors qu’il a déjà du mal à toucher les plus jeunes dans la "vraie vie".

Le jeu, où il est question de créer une vie virtuelle, a donc vu débarquer l’avatar du candidat et de sa colistière Kamala Harris. Leur petite île couverte de pancartes et drapeaux à son effigie était visitable par tout le monde. Une belle visibilité en vue. De quoi faire sourire aussi. Sans aucun jugement, on a quand même un peu de mal à imaginer papy Biden, 77 ans, chauffer les pouces sur sa Nintendo Switch pour embellir son île alors qu’il a déjà du mal à toucher les plus jeunes dans la "vraie vie".

AOC sur Twitch

L’idée révolutionnaire de Joe Biden n’est cependant pas la seule dans le camp démocrate. Dans un style radicalement différent Alexandria Ocasio-Cortez (aka AOC), la désormais nouvelle représentante démocrate du Congrès, s’était fait remarquée fin octobre en invitant des célébrités du e-gaming à une petite partie sur le jeu collaboratif Among Us. L’occasion pour "AOC" de montrer son côté cool et glisser quelques bons mots pour sa campagne. Le tout devant 430.000 spectateurs regardant la partie sur Twitch. Bien vu.

Habitués à flairer les bons coups, les spécialistes du marketing ont, eux, lancé l’exploitation du filon depuis un bout de temps. Les joueurs d’un tas de franchises, dont "Need For Speed", "Splinter Cell" et de nombreux jeux de sport comme FIFA, ont désormais l’habitude d’évoluer dans un environnement où les pubs s’affichent avec plus ou moins de discrétion.

12
millions
Le concert de Travis Scott sur Fortnite a été regardé par 12 millions de joueurs.

Et puisque cela marche pour la pub, il n’y a pas de raison que cela ne fonctionne pas pour se faire remarquer. Travis Scott l’expliquera mieux que n’importe qui. En plein confinement, le rappeur roi des concerts délirants a décidé de se produire sur le célèbre jeu Fortnite. Son concert version numérique, où il était représenté en géant, fut un succès colossal .Douze millions de spectateurs l’ont suivi en live et la vidéo YouTube reprenant l’exploit compte déjà plus de 100 millions de vues.  

Public incontournable

Le coup de com’ de l’ex vice-président est donc loin d’être bête. L’affirmation se retrouve dans chaque article qui parle de jeux vidéo mais elle ne cesse de se confirmer : le secteur est toujours plus incontournable. Les compétitions remplissent désormais des stades, les sponsors et certains équipementiers comme Adidas et Nike s’y intéressent et le secteur rapporte désormais plus que le cinéma et la musique réunis. Le tout grâce à un intérêt mondial hors-catégorie.

Selon les derniers chiffres du cabinet de consultance DFC Intelligence, 3 milliards d’humains tâteraient de la manette sur le globe. Se montrer dans ce monde, c’est donc toucher directement un public énorme. La cible est d’autant plus intéressante qu’elle est parfois difficilement atteignable de manière classique via les médias plus traditionnels. Pas si has been que ça, Sleepy Joe.

Lire également

Messages sponsorisés