chronique

La reconnaissance faciale tente un passage en force

Le CES, rendez-vous annuel de l’innovation, a été le théâtre d’une campagne intrigante de lobbying pro-reconnaissance faciale.

Chaque année au début du mois de janvier, Las Vegas voit débarquer dans ses hôtels-casinos 175.000 afficionados de technologie avides de découvrir les dernières innovations des plus grands fabricants technologiques du monde en espérant découvrir une pépite parmi les 1.200 start-ups présentes.

La domotique, l’intelligence artificielle, les nouveaux écrans 8k, les smartphones et autres objets connectés en tout genre (sextoys compris) ont fait l’actualité toute la semaine. Mais s’il y a une technologie qu’il était difficile d’ignorer, c’est la reconnaissance faciale.

Freiné par les préoccupations en matière de vie privée, le secteur a du mal à faire valoir le bien-fondé d’un business qui pourrait lui rapporter gros, très gros.

L’organisation de l’événement a instauré pour la première fois cette méthode d’identification pour tous les participants à l’édition 2020 de cette grand-messe de l’innovation. Peu farouche envers les innovations, aussi intrusives soit-elles, le public de technophiles n’a pas été particulièrement choqué par cette nouveauté. Dans les allées du salon, le nombre d’entreprises actives dans le secteur a explosé. Impossible de faire 100 mètres sans croiser une borne, une application ou une caméra utilisant la reconnaissance faciale. Si cela suit clairement une tendance mondiale et témoigne d’un secteur en pleine expansion, il y a une autre raison à cette surreprésentation. Le CES (Consumer Electronics Show) est organisé par un consortium d’entreprises qui n’est pas étranger à ce choix. Baptisé CTA, ce lobby travaille pour les intérêts de bon nombre d’entreprises technologiques qui verraient d’un bon œil que la reconnaissance faciale devienne la norme qu’on annonce depuis des années et bénéficie enfin d’une image plus positive. Freiné par les préoccupations en matière de vie privée et de gestion des données, le secteur a du mal à faire valoir le bien-fondé d’un business qui pourrait lui rapporter gros, très gros.

Pour les organisateurs de la conférence en elle-même, l’équilibre entre la promotion d’un secteur et la promesse de découverte des futures tendances semble de plus en plus difficile à trouver. Accusé par certains de jouer un double jeu et de servir uniquement les intérêts des entreprises qui financent l’événement, le CTA, cerveau du CES, a décliné tout commentaire sur le sujet à la presse spécialisée américaine qui se pose de plus en plus de questions sur la pertinence informative de l’événement. Il faut reconnaître que ce dernier ressemble de plus en plus à une caravane publicitaire.

Les droits de l’Homme bafoués

Cette publicité à grande échelle pour l’adoption de la reconnaissance faciale va à l’encontre du processus d’adoption naturel que connaît habituellement une innovation technologique. La technologie ne répond quasi à aucun besoin du consommateur. Quand on force trop les choses, le résultat n’est jamais bon. Si quelqu’un en doute, rappelez-lui l’échec retentissant des Google Glass. Les problématiques liées à la vie privée et à l’utilisation des données ne pourront pas être éludées simplement en donnant une image plus fun d’une technologie.

Pour preuve, le média américain CNET a révélé que deux entreprises spécialisées dans la reconnaissance faciale et qui étaient exposantes l’année dernière au CES et avaient même reçu un prix de l’organisation, sont désormais sur une liste noire du département américain du commerce. Elles sont accusées d’avoir participé, au travers de leur technologie, à des violations des droits de l’Homme envers les musulmans en Chine.

Les lobbies industriels pourront faire tout ce qu’ils veulent pour tenter d’imposer la reconnaissance faciale, tant que les entreprises exploitant cette technologie n’auront pas montré patte blanche et fait leur preuve en matière de vie privée et d’exploitation des données, les résistances resteront importantes. À juste titre.

Lire également

Echo Connect

Messages sponsorisés

n