chronique

Pour une intelligence artificielle éthique et responsable

Journaliste

L'Europe planche sur une législation encadrant l'usage de l'IA. Prenons de l'avance et distinguons-nous.

À partir d'avril prochain, l’Union européenne devrait encore innover en matière de législation liée au numérique. Après le RGPD que les autres continents nous envient alors que les données sont devenues en quelques années l’un des biens les plus précieux, l’Europe va tenter de se doter de la première législation mondiale sur l’intelligence artificielle. Il s’agit d’une législation horizontale, ce qui dans le jargon européen signifie qu’elle ne s’applique pas à un secteur spécifique, mais à l’ensemble du marché. Cette réglementation a pour ambition de fixer des règles pour le développement et l’utilisation de l’intelligence artificielle à haut risque; les contours exacts du texte sont encore flous, il faut notamment parvenir à accorder les violons de tout le monde sur les définitions des termes "intelligence artificielle" et "haut risque", mais surtout définir les règles relatives aux auto-évaluations de conformité qui devront être réalisées par les entreprises ou organisations qui développent et utilisent l’IA en Europe.

C’est bien là tout l’enjeu du texte, parvenir à encadrer l’utilisation de l’intelligence artificielle, protéger les citoyens européens des abus tout en réussissant à ne pas brider l’innovation et l’esprit d’entreprendre. Un jeu d’équilibriste qui n’est clairement pas gagné d’avance. Pour se conformer, les entreprises devront probablement se plier à des exigences strictes en matière de gouvernance de l'IA et de qualité des données.

Se démarquer dès maintenant

Cette réglementation va probablement être négociée pendant plusieurs mois, voire années, avant d’entrer effectivement en vigueur. Une fois qu'elle sera actée, son impact sur les entreprises qui développent ou utilisent de l’IA devrait être majeur. L’espoir est de définir un standard d’IA européenne qui soit plus responsable et éthique. Un standard qui se démarquera clairement dans le paysage mondial de l’intelligence artificielle.

On en est encore loin, mais l’espoir de voir l’Europe se distinguer positivement par une régulation innovante se matérialise petit à petit. Aux entreprises actives dans le secteur à saisir l’opportunité dès maintenant. Les entreprises qui opèrent sur le marché de l'IA devraient dès aujourd'hui réfléchir à la manière dont elles vont concevoir, utiliser et positionner leurs produits et services dans le futur. Ces dernières pourraient même aller plus loin et ainsi avoir un avantage concurrentiel face à la demande croissante des consommateurs pour une IA éthique et responsable.

Les entreprises et start-ups belges ont clairement un rôle à jouer en se distinguant en la matière. La semaine belge de l’intelligence artificielle a mis en lumière ces derniers jours les forces en présence qui démontrent que notre pays, tiré par la Flandre, est sur la bonne voie pour ne pas rater le train technologique de l’intelligence artificielle. Entreprises, pouvoirs publics et universités mettent les bouchées doubles pour tirer le meilleur parti de cette technologie, et les trois Régions semblent enfin aller dans la même direction. Profitons du momentum pour prendre de l’avance, et affirmer et promouvoir la dimension éthique de la production et de l’utilisation de l’intelligence artificielle sur notre territoire.

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés