Radix, la start-up belge qui aide GSK à fabriquer des vaccins plus rapidement

Davio Larnout, le CEO de Radix, une start-up bruxelloise spécialiste de l'intelligence artificielle. ©Wouter Van Vooren

La start-up bruxelloise Radix a développé une intelligence artificielle qui permet d'accélérer une étape cruciale du développement d'un vaccin.

L’intelligence artificielle reste un domaine flou et difficilement appréhendable. Pourtant de plus en plus d’entreprises tentent d’en développer pour améliorer leur efficacité ou accélérer certains processus. La start-up bruxelloise Radix en a fait sa spécialité. Basée à BeCentral au cœur de Bruxelles, elle est l’une des start-up les plus en vue dans le domaine et commence, après deux ans d’activité, à avoir un beau palmarès de clients. Dernier en date, l’entreprise britannique GSK.

"Le but n’est pas de se passer de l’humain, le but est de lui donner des super-pouvoirs."
Davio Larnout
CEO Radix

"GSK nous a demandé de trouver une solution pour réduire le temps de développement d’un vaccin", nous raconte Davio Larnout, le CEO de la start-up. En à peine quatre mois, ils ont développé une intelligence artificielle qui réduit par 6 la durée d’une étape cruciale, mais chronophage : le comptage des bactéries utilisées dans le développement des vaccins. Avant l’utilisation de l’outil développé par Radix, ce sont des humains qui devaient compter au travers de la loupe d’un microscope le nombre de bactéries présentes dans les boîtes de Petri, ces boîtes cylindriques transparentes utilisées pour la mise en culture des micro-organismes et des bactéries. L’intelligence artificielle de Radix prend une photo et compte en quelques secondes le nombre de bactéries.

Donner des super-pouvoirs à l'humain

L’humain n’est pour autant pas écarté du processus. "Le but n’est pas de se passer de l’humain, le but est de lui donner des super-pouvoirs. C’est toujours lui qui garde la décision finale. On lui évite juste de devoir faire des taches répétitives et ennuyantes."

Cette volonté de ne plus devoir faire les taches ennuyantes est à la base de la création de la start-up en 2018. Radix, c’est le projet de trois jeunes trentenaires : Davio Larnout, un ingénieur commercial, Laurent Sorber, un mathématicien, et Florian Goossens, un ingénieur en génie civil. La start-up s’est fait connaître avec un premier projet vendu au VDAB (l’agence pour l’emploi néerlandophone). "Avec notre solution, un demandeur d'emploi obtient immédiatement un classement de tous les emplois auxquels il est éligible lorsqu'il met en ligne son CV." Gain de temps et efficacité, encore et toujours.

Brussels Airport s’est aussi adjoint les services de la start-up pour notifier les passagers d’un vol dès que leurs bagages sont sur le tapis roulant. La start-up ne se contente pas des clients belges, elle a déjà convaincu "un très gros client international", confie le jeune patron, "mais je ne peux pas mentionner son nom". Même silence pour les gros projets sur lesquels la start-up travaille pour le moment.

La bataille de l'IA

Les projets d’intelligence artificielle (IA) restent généralement secrets tant ils peuvent permettre de prendre une avance considérable sur un concurrent. Dans la course au vaccin, gagner un temps précieux comme le permet Radix pourrait permettre à GSK d’avoir une longueur d’avance. L’entreprise britannique s’est d’ailleurs assuré la propriété de l’outil développé. Précisons que le projet a été entamé avant la crise du coronavirus et que ni GSK ni la start-up ne veulent confirmer que cette intelligence artificielle est utilisée pour un vaccin contre le Covid-19.

"Nous sommes encore en train de définir notre stratégie à long terme."
Davio Larnout
CEO de Radix

Ce que la start-up peut dire, c’est qu’elle a de l’ambition, mais ne sait pas encore très bien de quoi demain sera fait. "Nous sommes encore en train de définir notre stratégie à long terme." Pas de levée de fonds prévue pour le moment non plus. Radix attaque un projet à la fois, mais est bien consciente que celui réalisé pour GSK va très certainement changer la donne.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés