Google investit 200.000 euros dans MolenGeek

Ibrahim Ouassari et Julie Foulon, fondateurs de MolenGeek. ©BELGA

200.000 euros. C'est le montant accordé par Google.org à l'incubateur de start-ups MolenGeek. Un nouveau tournant dans un partenariat majeur pour dynamiser l'entrepreneuriat local et booster la cohésion sociale.

La collaboration entre Google et MolenGeek, incubateur de start-ups opérant à Molenbeek, marque une nouvelle étape. Ce mardi, une enveloppe de 200.000 euros a été annoncée par les représentants de Google.org pour soutenir la structure.

Soutenir l'entrepreneuriat

Avec une vingtaine de start-ups lancées ou en incubateur, MolenGeek est un nid technologique vivier de talents et d'esprit d'entreprise. En accueillant et formant des jeunes aux techniques de codage et à l'utilisation des nouvelles technologies, la structure entend insuffler "le développement d'un écosystème technologique" au niveau local.

"L'idée est d'augmenter notre capacité de développement", a souligné Ibrahim Ouassari, co-fondateur de MolenGeek. Aussi, de nouveaux locaux devraient être construits et des formateurs engagés.

"Google.org a trouvé que notre projet correspondait totalement à leur vision. Rendre acccessible à tous les nouvelles technologies et l'entreprenariat"
Julie Foulon
Co-fondatrice de MolenGeek

Le dynamisme molenbeekois a d'ailleurs été souligné par la bourgmestre de la commune, Françoise Schepmans (MR), qui a salué le "potentiel" et l'engagement de "jeunes personnes très actives pour opérer le changement."

"Google.org a trouvé que notre projet correspondait totalement à leur vision. Rendre accessible à tous les nouvelles technologies et l'entrepreneuriat", a assuré Julie Foulon, cofondatrice de MolenGeek.

Pour Jacqueline Fuller, présidente de Google.org, miser sur MolenGeek coulait de source. Elle a érigé la structure comme exemple à reproduire à toutes les échelles.  

"C'est important pour nous d'apprendre de ce que vous faites et de voir que cette solution peut être répliquée à l'échelle européenne ou mondiale"
Jacqueline Fuller
Présidente de Google.org

"C'est important pour nous d'apprendre de ce que vous faites et de voir que cette solution peut être répliquée à l'échelle européenne ou mondiale. Nous recherchons des entrepreneurs qui ont des idées extensibles à grande échelle."

Le soutien financier a également une répercussion positive sur la vision des jeunes accueillis au sein de la structure. "En termes pédagogiques, c'est aussi un message passé aux jeunes", a indiqué Ibrahim Ouassari. Qu'une firme comme Google.org "mise 200.000 euros est quelque chose d'inhabituel" et est à même de renforcer leur motivation entrepreneuriale.

Plus qu'une incitation à l'esprit d'entreprendre, MolenGeek est "une expérience de vie qui crée des liens", raconte Julie Foulon. La formation intensive prodiguée pendant six mois aux jeunes est propice à l'émergence d'une émulation réciproque et au développement du networking.

Esprit d'inclusion

"Notre mission est de rendre accessibles à tous les nouvelles technologies", a déclaré Ibrahim Ouassari. Pour atteindre cet objectif, la structure ouvre également la nuit et les week-ends.

Dans une scène technologique demeurant assez élitiste, la structure ouvre le champ des possibles pour la jeunesse. Les fondateurs notent d'ailleurs un "changement radical" chez les jeunes au cours de la formation. En proie aux doutes à leur arrivée, "ils ressortent en bombant le torse", se félicite Ibrahim Ouassari.

L'argent va permettre d'"impacter les jeunes de manière positive et de développer l'écosystème technologique"
Ibrahim Ouassari
Co-fondateur de MolenGeek

Julie Foulon considère que MolenGeek apporte un soutien dans les projets entrepreneuriaux, mais favorise également l'autonomie, la confiance en soi et l'engagement personnel. "Il y a un changement de point de vue en milieu de parcours. Ils se tournent vers l'entrepreneuriat", a rapporté Julie Foulon.

Au total, ce sont 800 personnes entrées en interaction avec MolenGeek et une soixantaine de jeunes formés au codage. Parmi elles, Sara Lou, fille de parents entrepreneurs sur Molenbeek. Sa mère étant styliste, elle avait rejoint l'incubateur il y a un an et demi et entendait mettre sur pied un projet de digitalisation afin de faire connaître la marque de mode MolemSisters à l'international.

Résultat, "on a travaillé sur un site web" afin de tenter de se distinguer dans un secteur concurrentiel et une chaîne YouTube a été lancée. "Ça a vraiment propulsé la marque. La communauté a permis de nourrir notre projet", a précisé l'entrepreneuse.

40%
Proportion de femmes dans la nouvelle promotion
La quatrième promotion, qui a commencé à travailler ce lundi, est composée à hauteur de 40% de femmes.

MolenGeek entend donc donner les clés de la réussite pour que des projets novateurs portés par la jeunesse puissent aboutir. Le but étant d'"évoluer sans se sentir discriminé, sans se sentir incompétent", a expliqué Ibrahim Ouassari.

L'incubateur de start-ups propose également des formations de courte durée axées sur le design, la communication, l'advertising, les formations Wordpress... afin de leur "faire découvrir l'écosystème."

Jacqueline Fuller a insisté sur le défi de formation aux technologies numériques qui seront de plus en plus indispensables dans la prochaine décennie. MolenGeek représente à ses yeux "l'exact esprit de l'inclusion".

MolenGeek en quelques chiffres

- 800 personnes sont entrées en interaction avec MolenGeek (jeunes en demande de formation, workshops, événements...)

- 250 personnes viennent 2 à 3 fois par semaine.

- 160 personnes viennent tous les jours dont une cinquantaine en formation.

- Une soixantaine de jeunes formés en quatre promotions.

- Environ 12 personnes par semaine au sein des formations courtes.


Inclusion aussi des femmes qui sont de plus en plus présentes à MolenGeek. La nouvelle promotion (la quatrième), qui a commencé à travailler ce lundi, "compte 40% de stagiaires féminines", s'est félicitée Julie Foulon.

Projets locaux et internationaux

L'implantation locale et l'idée d'une cohésion sociale sur le territoire revêtent également un enjeu majeur aux yeux des fondateurs. Avec les formations qu'ils dispensent, ils espèrent que les quatre promotions qu'ils ont chapeautées puissent "créer des entreprises qui vont créer de l'emploi au niveau local."

> Lire aussi l'article: MolenGeek, un exemple à suivre

MolenGeek, c'est aussi la création de synergies. Si l'aide financière de Google.org va être mise à disposition pour accentuer la capacité de développement du site molenbeekois, d'autres projets sont en cours.

Jacqueline Fuller, présidente de Google.org, a annoncé le versement d'une somme de 200.000 euros à MolenGeek. ©BELGAONTHESPOT

Aussi, à Schaerbeek, l'ouverture d'un nouvel incubateur est prévue pour septembre. "C'est un incubateur avec une thématique spécifique qui se concentrera sur les newsmedias et l'audiovisuel", rapporte Ibrahim Ouassari.

L'incubateur de start-ups s'est également fait un nom à l'échelle internationale. Il poursuit son expansion avec un projet en Italie et un autre au Maroc, actuellement en discussions.


Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content