HQ Trivia, le quiz pour la génération iPhone qui rend l'Amérique dingue

HQ Trivia ©itunes

Épinglé par Jérôme Marin

Tous les jours à 13 heures et 19 heures, plus de 200.000 Américains ont rendez-vous avec Scott Rogowsky. Cet humoriste new-yorkais est le présentateur de HQ Trivia, un quiz pensé pour l’ère des smartphones. Ici, les spectateurs sont aussi les participants. Ils doivent répondre à douze questions, disposant de dix secondes pour choisir parmi trois réponses possibles. Une erreur et ils sont éliminés. À la fin, les survivants se partagent une cagnotte de quelques milliers de dollars.

Lancée dans la discrétion au cours du mois d’août, l’application est le nouveau phénomène du moment aux Etats-Unis. Sa croissance est exponentielle: 3.000 participants fin octobre, 100.000 la semaine dernière et plus de 200.000 désormais. Ce succès repose exclusivement sur le bouche à oreille. Pour l’encourager, le jeu vient de mettre en place un système d’invitations, offrant un joker à chaque fois qu’un ami s’inscrit. Et cela marche: l’application vient d’entrer dans le top 10 des jeux les plus téléchargées aux Etats-Unis par les possesseurs d’iPhone (elle n’est pas encore disponible sur le système Android).

Aux États-Unis, des entreprises réservent des salles de réunion pour permettre à leurs employés de jouer ensemble.

HQ Trivia a été créé par Rus Yusupov et Colin Kroll, deux des fondateurs de Vine, l’application de vidéos rachetée en 2012 par Twitter. Après avoir quitté le réseau de microblogging, ils ont retenté l’aventure start-up. Leurs deux premières tentatives n’ont pas décollé. La troisième semble la bonne. "Pendant 15 minutes, les gens sont scotchés à leur écran", se félicite Rus Yusupov. Même au bureau, explique-t-il. Selon lui, des entreprises réservent des salles de réunion pour permettre à leurs employés de jouer ensemble.

Mais le plus dur reste à faire: bâtir une audience fidèle au-delà de l’intérêt de la nouveauté. Pour y parvenir, la start-up espère à terme porter la cagnotte à un million de dollars par quiz. Pour le moment, elle finance les gains avec les fonds levés auprès de ses investisseurs. Rus Yusupov n’écarte pas d’introduire des publicités. "De nombreuses marques nous ont déjà contactés", assure-t-il.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content