La Fnac escroquée de 60.000 euros par un ingénieux ado

©BELGA

La Fnac, en faisant ses comptes, s’est rendu compte d'un trou de 60.000 euros et a mené son enquête privée. Deux personnes ont été démasquées.

Ses parents, outrés, ont fait le trajet ce week-end de Sint-Pieters-Leeuw pour aller voir leur enfant au commissariat de police de Liège. Et ont eu l’immense surprise de découvrir que leur fils au-dessus de tout soupçon avait co-organisé une escroquerie des plus audacieuses au détriment de la Fnac, depuis le mois de février.

Le stratagème est étonnant. L’adolescent, en lien avec un jeune majeur, a découvert une faille dans le système informatique des cartes-cadeaux de la Fnac.

Première étape. Le vol de plusieurs cartes cadeaux en magasins. Celles-ci, non alimentée, ne servent à rien. Mais les escrocs en ont ôté l’opercule et noté le numéro.

Seconde étape. Muni d’une carte cadeau volée et en contact téléphonique discret avec un complice, l’ado pénètre dans un magasin Fnac, se rend à la caisse et demande à un employé de charger sa carte au maximum, à hauteur de 1000 euros. Pendant ce temps, au téléphone, le complice entend le caissier scanner la carte. Avant que le paiement soit opéré, la carte a, en effet, été créditée ! Le complice se rue donc sur internet et commande du matériel en ligne, le plus souvent des iPhones hors de prix.

Dans le magasin, l’ado fait mine de chercher sa carte bancaire pour régler les 1000 euros, traînasse, rechigne, oublie, fait la conversation… Bref: il fait gagner du temps à son complice. Au bout de quelques minutes, il tente de payer les 1000 euros. Mais la carte bancaire est refusée, l’ado se confond en excuses et s’en va, son forfait accompli.

60.000 euros

Le stratagème s’est produit ainsi des dizaines de fois, pour un préjudice total d’environ 60.000 euros. La Fnac, en faisant ses comptes mensuels, s’est rendu compte de la manœuvre et a mené son enquête privée. Ses agents ont repéré le manège de l’ado, grâce à leurs caméras de vidéosurveillance. Puis ont fini, ce week-end, par l’intercepter dans le magasin de Liège et appeler la police. D’autres arrestations sont à prévoir. Malgré l’ingéniosité du stratagème, le complice a eu la mauvaise idée de se faire livrer la marchandise escroquée à son domicile... L’ado piégé, lui, sera convoqué devant un juge de la jeunesse bruxellois.

©BELGA

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content