Les étudiants de Gand à l'épreuve des fake news

©BELGA

L'Université de Gand a depuis quelques semaines mené une expérience sociale sur ses étudiants. Une initiative au cours de laquelle les professeurs relayaient de fausses informations pour tester l'esprit critique de leurs étudiants.

Près de 800 étudiants d'UGent ont pris part, à leur insu, à une expérience sociale filmée mise en place par un partenariat entre l'université et une agence de communication. "Ugent nous a demandé de trouver une idée créative pour replacer leur philosophie "Oser penser" au centre du débat", indique Anne-Cécile Collignon, responsable des relations publiques de l'agence de communication en charge du projet.

 

Une expérience sociale créative

"La société a besoin de personnes et d'institutions qui osent et peuvent contredire, sans avoir à gagner le débat"
Rik Van de Walle
Recteur de UGent

Trois professeurs de l'université ont sciemment dispensé leurs cours en relayant des informations douteuses voire erronées. L'un des professeurs a, par exemple, remis totalement en cause la théorie de l'évolution de Darwin. Un autre enseignant a insisté sur le fait que les étudiants d'aujourd'hui étaient incapables de faire germer des idées novatrices. Des propos destinés à faire réagir l'auditoire et à tester son esprit critique. "Il y a eu une argumentation calme, posée, adulte" parmi les quelques élèves à avoir osé contester les propos du corps enseignant, commente Anne-Cécile Collignon.

Chaque fois qu'un élève osait prendre la parole, le recteur de l'université de Gand, Rik Van de Walle, entrait dans la salle afin de féliciter l'élève.

800
Nombre d'étudiants ayant pris part à l'expérience
800 étudiants ont assisté aux cours dispensés par les professeurs, acteurs de l'expérience sociale

Le recteur réaffirmait ensuite la philosophie de l'université et encourageait les étudiants à faire preuve d'indépendance dans leur pensée. "La société a besoin de personnes et d'institutions qui osent et peuvent contredire, sans avoir à gagner le débat. UGent est une université critique avec une voix très claire dans le débat social. Nous osons penser, c'est dans notre ADN. Nous jouons un rôle de pionnier et lançons très souvent la discussion. Nous formons nos étudiants de manière critique dans un environnement d'apprentissage et de recherche créatif, orienté vers le développement et nous plaçons volontiers notre éducation et notre recherche dans un contexte social plus large".

Gand

Eduquer aux fake news

En parallèle, l'agence de communication a confronté les habitants de Gand et de Courtrai à une expérience similaire. De nombreuses affiches relayant des "affirmations assez choquantes" ont été placardées dans les rues. "La pauvreté est une maladie héréditaire", "La circoncision des femmes limite le risque de MST", autant de messages destinés à susciter une réaction chez les passants.

©UGent

Les affiches n'ont en effet pas laissé les habitants indifférents. Elles ont été vandalisées, abîmées ou bien recouvertes d'avis écrits, une preuve que la désapprobation des affirmations était manifeste. Des comportements positifs. "Cela démontre l'envie des gens de pouvoir penser", remarque Anne-Cécile Collignon. Les affiches sont désormais réutilisées par l'université et remises dans leur contexte pour continuer à sensibiliser les étudiants sur la question de l'esprit critique.

©UGent


Dans un contexte de surabondance et d'instantanéité de l'information, notamment sur les réseaux sociaux, il est "très important de former les nouvelles générations vis-à-vis des fake news et d'expliquer qu'il ne faut pas tout prendre pour valeur absolue".


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content