1

Rossel bascule à son tour dans l'internet payant

Après Mediafin, éditeur de "L’Echo" et du "Tijd" (dont il détient 50%), le groupe Rossel bascule à son tour dans l’internet payant, passage inévitable pour compenser l’érosion des ventes de journal papier.

Il a lancé hier une "Newstablette", un package accessible à partir de 23 euros par mois incluant une tablette Samsung, le journal Le Soir du jour (l’offre est aussi valable pour Sudpresse, ndlr) en format digital, et 1 GB de data internet par mois via le réseau 3G de Belgacom. Pour autant qu’ils possèdent une tablette, l’offre sera gratuite pour les abonnés "papier", sinon l’éditeur leur proposera d’upgrader, moyennant 10 euros par mois, leur abonnement. Alors qu’il devrait se vendre 800.000 tablettes en 2012 en Belgique, Rossel voit dans l’explosion de ce support l’outil idéal. Le point avec Bernard Marchant, patron du groupe.

Pourquoi cette offre maintenant?

Parce que le modèle numérique ne peut plus vivre de la publicité. Aujourd’hui, nous disposons d’une base d’audience suffisante pour proposer du contenu payant. La tablette est devenue un produit de masse. Ses ventes explosent. C’est le support idéal, plus que le smartphone qui est plus adapté à une consommation immédiate et gratuite de l’actualité qu’à la lecture d’un journal.

Pourquoi Samsung et Belgacom?

Parce que la vente de ce type de package est incompatible avec la politique de distribution d’Apple. Samsung et Belgacom sont venus avec une offre attractive. Samsung est leader du marché et le réseau 3G de Belgacom est le meilleur.

Est-ce une première?

Oui à ma connaissance c’est unique en Belgique, voire en Europe. Nous sommes partis du constat qu’imprimer et distribuer un journal à un abonné coûte le même prix que lui offrir la tablette sur une période de 24 mois. Ce n’est donc pas une offre promotionnelle mais structurelle, même s’il est important de la lancer à cette période-ci.

Quelles sont vos attentes?

Entre 5.000 et 10.000 abonnements dans les 12 mois qui viennent auxquelles devraient s’ajouter 3 à 5.000 applications payantes pour les autres tablettes: i-Pad, Androïd… Notre volonté est de diffuser nos contenus indépendamment du support. D’ici 5 ans, la moitié des abonnés devrait avoir migré sur tablette. Nous en comptons aujourd’hui 40.000

Comment voyez-vous la suite?

La nouvelle newsroom du Soir permettra de mettre notre journal à jour en permanence. Début janvier nous allons commencer par une édition numérique à 17H. D’autres suivront. En fait, nous reviendrons 25 ans en arrière lorsque nous proposions cinq éditions papier par jour. Nous proposerons aussi du contenu additionnel, des vidéos. Le processus est évolutif.

Que deviendra le journal papier?

Il donnera une synthèse complète du meilleur de l’info de la veille

Qu’en est-il du projet de création d’une plateforme numérique avec d’autres éditeurs?

Elle est complémentaire à la nôtre. L’ambition est de créer un concept de paiement commun à tous les éditeurs, une sorte d’e-store, permettant, avec un code, de favoriser le micro-paiement. J’espérais que cela soit bouclé à la fin premier trimestre 2013, mais comme il faut fédérer dix éditeurs, cela prendra plus de temps.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content