Alain van Gelderen rachète les anciennes édition Luc Pire

L'administrateur délégué de De Rouck Geomatics, éditeur de cartes et plans coté en Bourse, rachète à titre personnel 100% des anciennes éditions Luc Pire, rebaptisées Editions Renaissance du Livre, pour un montant non précisé.

L'administrateur délégué de l'éditeur de cartes et de plans De Rouck a racheté à RTL Belgique, à titre personnel (via son holding BE3), les anciennes Editions Luc Pire, rebaptisées Editions Renaissance du Livre.

L'objectif principal du repreneur est de faire revenir les éditions à l'équilibre financier. Il pourrait ensuite envisager des synergies avec le groupe De Rouck, notamment dans l'édition de livres de tourisme.

"Mais De Rouck n'a rien à voir avec cette transaction, tient à préciser l'intéressé, réagissant à l'information diffusée par Le Soir. J'ai d'ailleurs proposé l'opération au conseil d'administration de la société mais il a dit non. Des synergies ne sont pas à exclure à l'avenir mais il faudra pour cela convaincre De Rouck. Je n'ai que 35% dans le capital", précise Alain van Gelderen.

RTL Belgique continuera par ailleurs à accompagner les Editions Renaissance "avec un contrat d'édition de 3 ans et une diffusion média", selon l'homme d'affaires.

L'actuelle directrice générale des Editions Renaissance, Fabienne Rynik, devrait en devenir sous peu l'administratrice déléguée, le CEO de De Rouck se limitant à un rôle de financier.

Un entrepreneur dans l'âme

Self made man, Alain van Gelderen, 43 ans, a l'entrepreunariat dans le sang.

Son diplôme d'ingénieur commercial (Solvay) en poche, suivi d'une maîtrise en fiscalité, il fait ses premiers pas professionnels en tant qu'observateur pour la Région wallonne au sein de nombreuses entreprises, dans la sidérurgie, des imprimeries, à la FN...

Mais dans le même temps, il crée une société de conseil en stratégie d'entreprise qu'il revendra, en 1999, à l'Américain Profit Recovery Group. En 2001, il remet le couvert, pour cette fois créer une "plateforme multimédia embarquée" destinée à gérer des flottes automobiles. A nouveau, la société est reprise par Siemens, puis par Punch, dont elle constitue encore aujourd'hui une des divisions phares.

Dans la foulée, ce créateur d'entreprises compulsif porte sur les fonts baptismaux Geomatics, le pendant "software" de la société qu'il vient de revendre et qui, elle, était spécialisée dans le hardware.

Très vite, il a besoin de fonds pour la développer. Patrice le Hodey, à la tête de l'éditeur de cartes routières De Rouck, se trouve être au conseil d'administration de Geomatics. Ce sera la fusion des deux entreprises en 2006 et leur introduction en Bourse.

C'est là que les ennuis commencent... "Contre toute attente, il y avait des trous dans les comptes de De Rouck", rappelle le manager pour expliquer pourquoi il claque la porte de l'entreprise en avril 2007.

Il profite de son congé pour prendre la tête d'une start-up, Tripy, qui fait des GPS spéciaux pour motos (roadbooks) et compte Eric Mestdagh et "d'autres pontes carolos" à son conseil.

Tout roule, Tripy gagnera le Paris-Dakar, mais en novembre 2007, c'est la faillite de De Rouck Geomatics dont Alain van Gelderen est resté actionnaire.

Le manager lâche alors Tripy, fait une offre et tente de redresser durablement la société qu'il avait portée en Bourse, une mission qu'il estime aujourd'hui réalisée "aux trois quarts".

Après de long mois de conflit, les relations semblent s'être apaisées entre Patrice le Hoday et Alain van Gelderen, le premier ayant signalé au second l'opportunité de reprendre les Editions Renaissance, dit-on dans leur entourage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés