Alibaba aura une antenne à Bruxelles

Journée chargée pour Jack Ma, l'emblématique boss de la plateforme de vente en ligne chinoise. Il est à Bruxelles pour rencontrer des politiciens, des hommes d'affaire, le Roi... Au final, le bureau bruxellois d’Alibaba devrait bien voir le jour et servir de point de contact avec l’Union européenne.

C'est ce lundi que le président du groupe Alibaba, Jack Ma, vient faire son marché en Belgique. Jack Ma répond à une invitation du roi Philippe. Les deux hommes, qui se sont rencontrés deux fois à Davos et une fois en Chine l’année dernière lors de la visite d’État emmenée par le Roi, évoqueront certainement l’implantation prochaine du bureau bruxellois d’Alibaba. Car si l’ouverture de cette antenne dans notre capitale pourrait être retardée, elle n’est pas remise en cause par l’annonce récente de l’implantation d’Alibaba à Amsterdam.

Le programme de Jack Ma sera chargé. Il devrait rencontrer le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort et la secrétaire d’État bruxelloise en charge du Commerce extérieur, Cécile Jodogne; l’occasion de faire le point sur l’arrivée d’Alibaba à Bruxelles.

De là, le patron de la plateforme de vente en ligne s'est rendu au château de Laeken, à l’invitation du roi Philippe, pour participer à un premier déjeuner de travail où il devait être  fortement question des perspectives du commerce digital international et d’éducation au monde digital. Le moins que l’on puisse dire est que Jack Ma devait rencontrer une partie du gratin du patronat belge au château de Laeken. Outre la commissaire européenne en charge du Commerce Cecilia MalmströmDominique Leroy, CEO de Proximus, Jef Colruyt, patron de la chaîne de distribution et José Zurstrassen, CEO de MyMicroInvest. Michèle Sioen et Pieter Timmermans, respectivement présidente et administrateur délégué de la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) . Prévus aussi, Roland Palmer et d’Eric Pelletier. Le premier n’est autre que le patron du bureau d’Alibaba qui vient d’ouvrir à Amsterdam tandis que le second est le "sherpa" du bureau bruxellois.

On le voit donc, l’intérêt de Jack Ma pour la Belgique se précise et cadre avec son intention affichée de doubler le nombre des clients de sa plateforme de vente (objectif avoué: 2 milliards de clients) d’ici vingt ans. Une source bien informée nous assure que le bureau bruxellois d’Alibaba verra bien le jour et devrait servir de point de contact avec l’Union européenne. L’objectif de cette antenne bruxelloise devrait également être d’offrir une bonne visibilité aux produits belges sur la plateforme de vente chinoise.

Savoir-faire

C’est dans cette optique que le Palais, sur base des conseils de la FEB, a invité quatorze représentants de sociétés belges de pointe actives dans la technologie ou les produits de luxe à venir prendre le café à 14 heures au château. Une invitation qui, imagine-t-on, ne se refuse pas. L’accent a également été particulièrement mis sur les start-ups, un sujet qui intéresse le roi.

Parmi les entrepreneurs attendus au château de Laeken, étaient invités, entre autres, Nicolas Mertens, CEO de Sign2Pay, une start-up active dans le paiement mobile, Anne-Catherine Mailleux, CEO de Domobios, une spin-off de l’UCL et de l’ULB qui propose une solution de lutte contre les allergies aux acariens, Fabienne Delvigne, une chapelière qui a pour habitude de couvrir, entre autres, la tête de la reine Mathilde, et Sébastien Deletaille, le CEO de Real Impact Analytics Belgium, un fournisseur de solutions analytiques pour le marché des télécoms. On le voit, le Roi et la FEB ont décidé de mettre une série d’entrepreneurs à l’honneur, une belle occasion de briller, un an après la visite d’État du roi en Chine.

Lors de la Visite d'Etat du Roi Philippe et de la Reine Mathilde en Chine, fin juin 2015. ©Photo News

D’après Michel Kempeneers, responsable du marché asiatique pour l’Awex, cette première visite d’État du Roi avait provoqué une sorte de déclic, permettant de mettre la Belgique sur la carte des sociétés chinoises actives dans l’e-commerce et dans la logistique. C’est dans cet ordre d’idée que des extensions sont prévues dans les environs directs de l’aéroport de Liège, des nouveaux terrains dédiés à la logistique. A priori, une série de sociétés chinoises ont déjà fait connaître leur intérêt pour ce projet de développement en mettant des options sur des terrains qui doivent encore être viabilisés.

Par ailleurs, il nous revient que bon nombre de sociétés belges sont actuellement en négociations directes avec le patron d’Alibaba, autant d’entreprises qui souhaitent voir leurs produits mis à l’étalage sur la plate-forme virtuelle fondée par Jack Ma.

Il reste à voir aujourd’hui si Jack Ma, venu faire son marché chez nous, rentrera en Chine avec un bout de Belgique dans son panier.

©REUTERS

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés