Archive: Comcast et NBC lient leurs destins

Avec l’accord officiel des autorités américaines, un nouveau géant des médias est né. Un groupe formé du câblo-opérateur Comcast et de NBC Universal qui contrôlera de facto toute la chaîne du divertissement, de la production jusqu’à l’acheminement au cœur des foyers américains.

Jusqu’ici, NBC Universal était la propriété à 80 % de General Electric (GE) et à 20 % de Vivendi. Dans un premier temps, GE et Comcast formeront une coentreprise autour de NBC Universal dont Comcast détiendra 51 % et GE 49 %. Dans les sept ans, Comcast aura vocation à posséder entièrement la nouvelle entité.

Le groupe français de médias et de télécoms Vivendi a déjà cédé une partie de sa participation, et doit céder prochainement le solde pour un total de 5,8 milliards de dollars. Le titre de Vivendi a fini proche de l’équilibre à Paris (-0,21 %). De toute évidence, le deal avait déjà été intégré par le marché.

 

PARTENARIAT HISTORIQUE

NBC est l’un des 4 grands réseaux nationaux aux Etats-Unis tandis que Comcast est non seulement l’entreprise qui y fournit la plus grande bande passante mais aussi le leader du marché sur l’internet haut débit. C’est un peu comme si chez nous, RTL fusionnait avec Belgacom.

Cet accord ouvre donc la voie à un géant des médias au chiffre d’affaires dépassant celui de Walt Disney (qui prévoit un chiffre d’affaires de 41 milliards de dollars en 2010) et de Time Warner, qui table sur 26,54 milliards de dollars. En 2009, Comcast a enregistré 32 milliards de dollars de chiffre d’affaires et NBC Universal 15,4 milliards.



CONCESSIONS

Le timing est bon, au moment où les consommateurs sont demandeurs de contenus disponibles à la fois sur leur téléviseur mais aussi sur leur PC, sur leurs tablettes, smartphones, etc.

L’accord entre les deux groupes avait déjà été annoncé il y a plus d’un an mais convaincre l’autorité des télécommunications (FCC) et les services de la concurrence au ministère de la Justice n’aura pas été une mince affaire. Comcast a dû accepter de nombreuses concessions pour recevoir l’aval des autorités.

Le câblo-opérateur devra garantir la disponibilité des programmes de NBC à ses concurrents, surtout pour le visionnage sur internet et ce "aussi longtemps que ces services de streaming possèdent des accords ave un ou plusieurs concurrents de NBC", ont statué les autorités américaines.

En d’autres termes, cela signifie que si une plateforme de streaming possède un deal avec CBS ou Fox, elle aura le droit de diffuser les programmes de NBC selon les mêmes conditions que celles négociées avec ses concurrents.

Qui plus est, Comcast n’aura pas de droit vote au sein du conseil d’administration de Hulu, joint-venture entre ABC, Fox et NBC qui propose de la vidéo à la demande en ligne. Le câblo-opérateur se verra obligé de continuer à offrir des services internet sans obliger à ses clients à souscrire à son offre télévisuelle. Elle garantira également de l’internet à prix réduit pour les Américains défavorisés (10 dollars par mois pour 2,5 millions de foyers) et le développement de chaînes spécifiquement destinées aux minorités hispanique, noire et asiatique.

Comcast a estimé que les restrictions étaient satisfaisantes et n’influenceront pas ses prévisions chiffrées sur le projet de co-entreprise. Le projet a été fort critiqué. Au sein même de la FCC, l’un des cinq commissaires a voté contre ce rapprochement. Selon lui, le nouveau groupe sera trop puissant, ne pourra garantir la libre concurrence dans tous ses domaines, met en danger les contenus indépendants et représente une atteinte à "l’internet ouvert" qui ne privilégie aucun contenu sur un autre sur la toile.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés