analyse

Facebook laisse tomber son fil d'actu

Même "si nous n'avons pas actuellement une bonne réputation quant à notre capacité de construire des services protecteurs de la vie privée (...), nous pouvons évoluer pour construire les services que veulent vraiment les gens", assure Mark Zuckerberg, le boss de Facebook. ©AFP

L'idée centrale de la nouvelle stratégie de Facebook, c'est de se focaliser sur les échanges privés par messageries, via Messenger et WhatsApp. Ce bon vieux fil d'actu tombe en désuétude. Mais ni les experts ni les investisseurs ne sont séduits. Encore raté?

Facebook doit évoluer, voire se métamorphoser, c'est urgent, sa crédibilité est déjà bien entamée. Mais changer pour devenir quoi? Le patron Mark Zuckerberg a parlé hier, mercredi. Il nous promet un virage fondamental vers une plateforme plus intime et plus soucieuse de la vie privée. A voir le projet, c'est assez risqué.

Quelle sécurité?

Mark Zuckerberg promet de crypter les contenus des messageries privées (ceux de WhatsApp le sont déjà).

L'idée centrale, c'est de bâtir une plateforme plus unifiée entre les différents services (Facebook, Instagram, Messenger, WhatsApp), plus simple, plus éphémère et donnant la primauté aux messageries privées, par opposition au traditionnel "fil d'actualités". Le groupe promet donc de rendre possibles les échanges de messages privés entre Instagram Direct, Messenger et WhatsApp. Ce changement de stratégie prendra... des années.

  • Désuet, le fil d'actu. Et surtout, très problématique. Actuellement, le coeur de Facebook est le "Fil d'actualités" où défilent les publications des personnes, groupes ou organisations auxquelles on s'intéresse. Cela est géré par des algorithmes qui trient et hiérarchisent en fonction de nos préférences. Mais le modèle montre ses limites: les scandales se multiplient autour des données personnelles. Et Facebook n'a plus assez de place pour glisser de la publicité sur sa plateforme principale, tant elle est saturée.  
Nous voyons déjà que les messages privés, les "stories" éphémères et les petits groupes sont de loin les formats de communication en ligne qui croissent le plus vite.
Mark Zuckerberg
CEO de Facebook

•  Pourquoi cette nouvelle stratégie semble risquée. Pour trois raisons:

  • Des modes de communication moins publics privent le groupe d'un accès aux données personnelles, base de son modèle économique.
  • Les messageries sont un véhicule pour l'instant moins évident pour les annonceurs publicitaires. 
  • Le contrôle sur les contenus problématiques qui se répandent via messagerie (fausses infos, appels à la violence, etc.) devient quasi impossible.  

•  Comment changer de modèle économique? Le modèle économique basé sur la pub ciblée grâce aux données personnelles, c'est dépassé. Facebook veut miser sur les paiements électroniques, les messages échangés avec les entreprises ou le e-commerce.

Dans quelques années, je m'attends à ce que les futures versions de Messenger et WhatsApp deviennent les moyens principaux de communication sur le réseau Facebook.
Mark Zuckerberg

• Mais ces annonces n'ont pas convaincu. L'annonce de son virage stratégique n'a pas semblé impressionner les investisseurs: le titre a clôturé en en baisse jeudi, à -1,96% à New York.

Les experts non plus ne semblent pas séduits. C'est plutôt l'ironie qui primait... Expert reconnu du monde de la tech, le journaliste Walt Mossberg se moque ainsi de la sincérité de Mark Zuckerberg lorsqu'il affirme la primauté de la confidentialité. "Combien de temps y a-t-il personnellement cru? Une heure? Un jour?":

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect