La start-up belge Engagor aux mains des Américains

©Emy Elleboog

Engagor, la start-up du jeune entrepreneur belge Folke Lemaitre, vient d’être reprise par son grand confrère américain Clarabridge. Le montant de la transaction n’a pas été communiqué. "Une étape logique."

La start-up Engagor est spécialisée dans le suivi des relations que les entreprises entretiennent avec leur clientèle via les réseaux sociaux. Elle vend des logiciels à des marques connues du secteur des produits de grande consommation, comme McDonald’s, Volvo, Ikea et Pepsi, pour les aider à affiner leur communication avec leurs clients via les réseaux sociaux tels que Facebook et Twitter. Lemaitre a fondé son entreprise à Gand, mais a déménagé l’an dernier à San Francisco, pour se concentrer sur le marché américain.

Lemaitre (34 ans) a fondé Engagor en 2011, après avoir quitté Netlog. Ce réseau social gantois – entretemps disparu – qui avait fait fureur avant l’arrivée de Facebook, a engendré plusieurs sociétés technologiques, dont In The Pocket (producteur d’applications mobiles) et Showpad (logiciel de vente via les tablettes). Engagor s’est développée en grande partie sur base de ses capitaux propres. Au cours de l’été 2013, la société a reçu 2,6 millions de dollars d’argent supplémentaire du fonds anversois Hummingbird Ventures.

Chez Netlog, Lemaitre s’était déjà laissé séduire par les nombreuses manières dont les entreprises pouvaient communiquer avec leurs clients via les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter. En plus d’être une technique de marketing, les réseaux sociaux sont perçus comme un canal de communication sympathique entre une entreprise et ses clients.

Avec comme principaux problèmes pour les grandes multinationales:

  • d’une part la nécessité de filtrer efficacement parmi l’avalanche de messages et de communications de toutes sortes,
  • d’autre part de faire en sorte que les clients reçoivent rapidement une réponse, car c’est ce qu’attendent les consommateurs aujourd’hui.

C’est précisément la spécialité du logiciel d’Engagor. Notons au passage qu’il vise le même marché que celui de Sparkcentral, l’entreprise du jeune Flamand Davy Kestens, qui s’est également installé à San Francisco.

©Emy Elleboog

Dans le jargon, ce genre de start-up est appelée une entreprise "Saas", un acronyme pour "Software as a Service". Le logiciel est proposé comme service en ligne via un contrat mensuel, et non pas comme un package à prix unique.

Chez Clarabridge, Engagor se retrouve aux mains de son grand frère. Originaire de Virginie, l’entreprise a déjà récolté plus de 90 millions de dollars de capitaux. Clarabridge est, elle aussi, active sur le marché des relations clientèle en ligne, mais collecte également des informations via d’autres canaux que les réseaux sociaux. Elle est par ailleurs très forte dans l’analyse du contenu des messages, ce qui permet d’exploiter plus efficacement les questions des consommateurs.

"Au départ, nous ne comptions pas vendre aussi rapidement", explique Lemaitre au cours d’une interview à San Francisco.

"Ces dernières années, nous avons été plusieurs fois approchés par des candidats acheteurs, mais nous avons refusé les offres."

"Aujourd’hui, nous avons fait le pas parce qu’il s’agit d’une combinaison très logique, qui peut se justifier sur de nombreux plans. Les deux entreprises sont convaincues qu’une révolution est en route sur le plan de l’expérience des consommateurs et de la façon dont ils communiquent avec les marques.

Le processus s’est enclenché l’an dernier au moment où Engagor a lancé un nouveau tour de table pour récolter des fonds. La jeune entreprise souhaitait collecter 15 millions de dollars. Mais cela s’est finalement terminé par des discussions avec Clarabridge et par une offre de reprise. " C’est n’est pas un choix facile, et je ne l’aurais pas fait si je n’avais pas eu la certitude que c’était la meilleure option pour Engagor ", a déclaré Lemaitre, son principal actionnaire.

Qui est Engagor?

Engagor, qui continuera à travailler sous sa propre marque, emploie 40 collaborateurs. Tous conserveront leur emploi. La plupart sont basés à Gand, la ville d’origine d’Engagor. Six d’entre eux travaillent au bureau de San Francisco, la ville où Lemaitre a élu domicile. La société dispose également d’un bureau de vente à Istanbul. Le chiffre d’affaires d’Engagor n’est pas communiqué publiquement, mais l’entreprise est bénéficiaire et, selon Lemaitre, affiche une croissance de plus de 100% par an. Engagor compte 380 clients, pour la plupart des marques internationales du secteur des produits de grande consommation.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés