Le HuffPost racheté par son concurrent BuzzFeed

©AFP

L'opérateur télécoms Verizon a cédé sa participation dans le média d'informations en ligne au profit d'une montée à bord de l'acquéreur.

La consolidation se poursuit parmi les "pure players" – nom donné aux médias exclusivement numériques. Dernier exemple en date: la reprise du site d'informations en ligne HuffPost par son homologue BuzzFeed, apprenait-on ce jeudi.

Et ce, sans qu'il ne doive mettre la main au portefeuille. En effet, selon les termes de l’accord, l'opérateur télécoms américain Verizon, à bord depuis 2015, a décidé de céder sa place à l'acquéreur en échange d'une prise de participation minoritaire au capital de ce dernier par sa division média. Le pourcentage n'en est pas connu à ce stade.

"Notre réseau de médias comptera désormais plus d'utilisateurs, passant beaucoup plus de temps avec notre contenu que n'importe lequel de nos pairs."
Jonah Peretti
CEO et cofondateur de BuzzFeed

Par contre, il est ressorti clairement que l'opération amènera à des synergies entre les plateformes des différents acteurs, de même qu'à des initiatives communes en matière de publicité.

"Notre réseau de médias comptera désormais plus d'utilisateurs, passant beaucoup plus de temps avec notre contenu que n'importe lequel de nos pairs", s'est félicité Jonah Peretti, CEO et cofondateur, en 2006, de BuzzFeed – ainsi que, un an plus tôt, du Huffington Post.

Un plus non négligeable quand l'on sait que, construits sur la publicité (qui a longtemps constitué la quasi-totalité de leurs rentrées), ces sites souvent gratuits souffrent aujourd'hui tout particulièrement de la concurrence des Gafa – phagocytant 80% des revenus publicitaires mondiaux, selon les chiffres qui circulent.

S'allier pour survivre

S'allier voulait donc dire se renforcer dans la lutte pour ces médias numériques, à l'image de l'alliance née l'an dernier en Belgique entre Proximus, Telenet, Rossel, De Persgroep, Mediahuis, la RTBF, RTL, la VRT, et SBS.

D'autant que les victimes sont nombreuses ces dernières années dans le secteur. Et que les plans de licenciements se sont enchaînés dans de nombreux titres, en ce compris du côté de BuzzFeed (100 personnes en 2017 puis 220 en 2019) et du HuffPost (39 personnes en 2017 puis 11 en 2019).

Bénéfices au troisième trimestre

Pour autant, de son côté, l'acquéreur prévoit toujours d'atteindre la rentabilité cette année, entend-on, même si l'acquisition devrait augmenter ses coûts.

BuzzFeed a d'ailleurs même, malgré le contexte, enregistré des bénéfices sur le troisième trimestre, rapportent nos confrères du Financial Times – ce qui n'était plus arrivé depuis 2014.

L'opération devrait désormais lui permettre d'agrandir son audience, le Huffington Post présentant un lectorat complémentaire à sa propre communauté.

Toufois, de nouveaux licenciements ne sont pas à exclure, circule-t-il, au lendemain du rachat.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés